Inscrivez-vous pour revevoir gratuitement notre lettre hebdo

Retrouvez la dernière lettre en ligne
Professionnels :
Universimmo-pro.com : un site spécialement conçu pour les professionnels de l'immobilier universimmo-pro.com
Un site spécialement conçu pour vous : dossiers, actus, jurisprudence, etc.
cliquez ici

Pour recevoir gratuitement le sommaire de la lettre pro cliquez ici
Le Forum de discussion
L'ancien Forum (fermé)
Consultation juridique en ligne
Des réponses à vos questions...
Nos Services "A la Carte"
Nos Dossiers d'Actualité
La Revue de Presse
Le Dico de l'immobilier
Le Guide Juridique
Le Guide Bâtiment
Les Dossiers
Les Fiches Pratiques
Abonnez-vous à notre lettre hebdo gratuite !

Retrouvez la dernière lettre en ligne
Sites utiles de l'immobilier
Indices et chiffres clés
Ce site est membre de
Fédération Française de l'Internet ImmobilierAssociation Planète copropriété
Retour à la page d'accueil principale I Retour à la page d'accueil Locataires
Accédez directement aux forums
Rechercher sur UniversImmo.com
ACTUS

Charges locatives : vers une clarification et plus de flexibilité...


Le 13/4/2006
Imprimer cet Article Envoyer cet Article a un(e) ami(e) Voir nos autres Articles
Imprimer cet Article Envoyer cet Article a un(e) ami(e) Voir nos autres Articles

UI - Actus - 13/4/2006 - Charges locatives : vers une clarification et plus de flexibilité...
La confusion créée par plusieurs arrêts de la Cour de cassation dans l'interprétation du décret de 1987, fixant la liste des charges que les propriétaires sont en droit de récupérer auprès de leurs locataires, serait en passe d'être levée : curieusement, alors que le problème aurait pu être traité par décret, c'est par acceptation de deux amendements suscités par l'USH (ex Union des HLM) à la loi "ENL" (engagement national pour le logement - projet de loi actuellement en deuxième lecture au Sénat) que le gouvernement a procédé ! Ils permettent au moins de remédier aux deux problèmes créateurs d'insécurité juridique pour les baillleurs : la récupérabilité du coût des nouveaux contrats d'entretien des ascenseurs, ainsi que de celui des prestations relatives à l'entretien des parties communes et l'élimination des ordures ménagères lorsqu'elles sont assurées dans le cadre d'un contrat d'entreprise. Un autre amendement permettrait de déroger au décret par accord collectif local...
En savoir plus ?
Decouvrez toutes les ressources liées au thème "Défendre mes droits de locataire"
A lire également...
Logement : la mécanique infernale des expulsions
15/3/2010
La liste des charges récupérables clarifiée concernant les frais de personnel
30/12/2008
Locataires : la réduction et l'avance gratuite du dépôt de garantie facilite le déménagement
26/2/2008
Des mesures pour faciliter la vie des candidats à une location ?
2/4/2007
La protection des locataires, toujours d'actualité !
9/5/2006
Les Questions/Réponses
Loi Alur - Augmentation du loyer avec effet rétroactif
8/12/2014
Découverte d'humidité dans le placard de l'entrée...
15/3/2013
Le logement en rez de chaussée doit-il contribuer dans ses charges locatives aux charges d'ascenseur?
3/12/2012
Etat des lieux de sortie vierge
24/9/2012
Le bail est-il reconduit pour 2 ou 3 ans ?
2/7/2012
Nos dossiers
Ce que la loi ALUR a déjà changé pour les locataires
14/5/2014
Nos Fiches Pratiques
L'état des lieux (loi ALUR)
3/11/2015
Colocation – ce que la loi ALUR a changé
28/6/2015
Location - Les frais d'agence (loi ALUR)
9/10/2014
Le droit de préemption du locataire consécutif à un congé pour vendre
13/12/2011
Locataires, comment exiger de votre propriétaire l'exécution de son obligation de "jouissance paisible" (avec modèle de lettre)
17/2/2010
Un décret mal rédigé...

Un décret du 26 août 1987 (1) régit depuis près de deux décennies dans le domaine des baux d'habitation la ventilation, parmi les charges réglées par les propriétaires, entre celles leur incombant (charges d'administration, de surveillance, d'assurance ou de travaux) et celles "récupérables" auprès des locataires (consommations, charges d'entretien, chauffage, etc.

Ce décret, pris dans la foulée de la loi "Méhaignerie" du 23 décembre 1986, mettait fin à une longue guerre de tranchées entre locataires et propriétaires, dont l'armistice avait été signé dans les années 70 avec les accords "Delmon" ; ayant fait l'unanimité, il avait été étendu à la virgule près au secteur HLM, qui faisait l'objet d'un décret distinct, le décret du 9 novembre 1982 ! Sans que personne ne se rende compte toutefois des conséquences d'un détail, la rédaction de son article 1 : "la liste des charges récupérables prévue à l'article 18 de la loi du 23 décembre 1986 susvisée figure en annexe au présent décret" ; autrement dit, tout ce qui n'y figure pas n'est strictement pas récupérable !

Une telle formulation supposait un "sans faute" dans celle des charges listées, qui évidemment ne s'est pas produit...

Les "bogues" ont commencé à apparaître avec un arrêt la Cour de cassation du 10 mars 1999, puis avec deux arrêts du 7 mai et du 30 octobre 2002, suivis de plusieurs autres, en 2004 et en 2005 (2) ; en réalité les deux premiers n'en étaient pas vraiment et mettaient en cause surtout la lecture, un peu rapide, qu'en avaient faite les bailleurs et administrateurs de biens : le premier faisait remarquer que le décret ne mentionnait pas dans le domaine de l'hygiène les frais de main d'oeuvre mais les seuls produits de désinsectisation et de désinfection, et le deuxième rappelait que la récupérabilité à hauteur de 75% du salaire et des charges sociales d'un gardien n'était possible que si celui-ci assure dans ses tâches contractuelles à la fois le nettoyage des parties communes et le service des ordures ménagères ; si au moins l'une des deux n'est pas assurée, aucune récupération de son salaire ne peut être effectuée !

C'est un peu "raide" s'il effectue au moins l'une des deux prestations, mais par contre logique lorsqu'il n'a qu'une fonction de surveillance et d'administration : ces deux aspects incombent naturellement au bailleur qui, en contrepartie du loyer qu'il perçoit, doit assurer la jouissance paisible du logement et par conséquent la délivrance des services collectifs et la sécurité...

Le troisième "bogue" décelé révèle par contre une véritable erreur de rédaction du décret : dans une lecture stricte du texte, la Cour de cassation met en cause carrément la récupérabilité des prestations relatives à l'entretien des parties communes et l'élimination des ordures ménagères lorsqu'elles sont assurées dans le cadre d'un contrat d'entreprise ! Avec au demeurant un raisonnement subtil mais inattaquable : l'arrêt fait remarquer que le décret, concernant l'entretien des parties communes, s'il admet (article 2a) qu'il "n'y a pas lieu de distinguer entre les services assurés par le bailleur en régie et les services assurés dans le cadre d'un contrat d'entreprise" et que "le coût des services assurés en régie inclut les dépenses de personnel d'encadrement technique", précise néanmoins que "lorsqu'il existe un contrat d'entreprise, le bailleur doit s'assurer que ce contrat distingue les dépenses récupérables et les autres dépenses" et par ailleurs indique que "lorsque l'entretien des parties communes et l'élimination des rejets sont assurés par un employé d'immeuble, les dépenses correspondant à sa rémunération et aux charges sociales et fiscales y afférent sont exigibles, en totalité, au titre des charges récupérables"...

Conclusion logique : dans une prestation d'entreprise : sont récupérables les salaires et charges sociales des employés effectuant le travail et ceux du personnel d'encadrement technique, mais pas les frais généraux de l'entreprise... ni son bénéfice, et encore moins la TVA ! Si cette dernière est facile à isoler, aucune facture ne fera jamais ressortir la contribution aux frais généraux et la marge bénéficiaire... Autant dire qu'aucune facture de nettoyage ou de service d'ordures ménagères n'est récupérable !

Le ministre de l'époque en charge du logement, Gilles de Robien s'en est ému et a fait établir par le président de l'ANAH, Philippe Pelletier, un rapport qui a paru sur le moment faire l'unanimité et qui préconisait quelques solutions simples pour remédier aux principaux défauts du décret. Malheureusement, la concertation engagée laborieusement sur la base de ce rapport dans le cadre de la Commission nationale de concertation des rapports locatifs n'a pas permis d'aboutir à un accord, et l'autorité politique n'a pas voulu trancher. Il est vrai que trois échéances électorales, suivies de deux changements de titulaire du portefeuille du logement ont quelque peu perturbé la continuité de l'action gouvernementale, ce qui a eu du mal à être compris dans le milieu des propriétaires et des professionnels de la gestion immobilière...


Les bailleurs dans l'illégalité

Du coup la situation créée est paradoxale : depuis 3 ans, les bailleurs qui voudraient se soumettre à ces jurisprudences devraient renoncer de récupérer jusqu'au tiers parfois des charges locatives ! Inutile de dire que peu ont changé leurs pratiques antérieures. Le ministère du logement a bien été conscient du problème puisqu'une disposition a été introduite dans la loi de programmation pour la cohésion sociale réduisant à 5 ans le délai de prescription pour les locataires qui voudraient réclamer le trop payé : auparavant ils pouvaient demander le remboursement des charges payées indûment sur 30 ans en arrière...

Mais même ainsi, l'information, qui était restée un temps confinée commence à se répandre et des actions de locataires, apparaissent, nécessairement couronnées de succès...


Le législateur à la rescousse

Après des mois sans réaction - le ministre délégué au logement et à la ville du gouvernement Raffarin III avait bien essayé de tirer le dossier de son enlisement mais il n'a pas été reconduit dans le gouvernement Villepin -, le nouveau ministre en charge du logement, Jean-Louis Borloo, a finalement accepté de se laisser forcer la main par l'USH (Union sociale pour l'habitat - ex-Union des HLM) : las d'attendre un décret ministériel peu opportun dans le climat politique existant depuis deux ans, et souffrant plus que d'autres de l'insécurité juridique créée par ces jurisprudences, les bailleurs sociaux ont décidé d'agir par la voie parlementaire, dans la brèche ouverte par l'immense chantier législatif de la loi "ENL" (engagement national pour le logement) ! Limité à 11 articles et des objectifs modestes dans sa première mouture, ce projet de loi a explosé au cours de ses passages successifs au Sénat et à l'Assemblée nationale, chaque lobby profitant d'un certain laisser-faire ministériel pour faire passer une kyrielle d'amendements au rapport souvent éloigné avec la thématique initiale...

Concernant les charges récupérables, deux amendements adoptés en première lecture reprennent les propositions du rapport Pelletier :

- le premier permet de revenir sur la jurisprudence de la Cour de cassation en prévoyant, tant dans la loi du 6 juillet 1989 que dans le Code de la construction et de l'habitation, que le coût des services assurés dans le cadre d'un contrat d'entreprise correspond, pour le calcul des charges récupérables, à la totalité de la dépense, toutes taxes comprises, acquittée par le bailleur ;

- le deuxième introduit la faculté de déroger à la liste des charges récupérables, fixée par décret, par la voie d'un accord collectif local qu'un bailleur peut conclure, en application de l'article 42 de la loi du 23 décembre 1986, avec une ou plusieurs associations de locataires portant sur tout ou partie de son patrimoine ; ces accords sont obligatoires dès lors qu'ils ont été conclus soit par une ou plusieurs associations regroupant au moins le tiers des locataires concernés, soit par une ou plusieurs associations regroupant au moins 20% des locataires concernés et affiliées à une organisation siégeant à la commission nationale de concertation, sauf s'ils ont été rejetés par écrit par un plus grand nombre de locataires dans un délai d'un mois à compter de leur notification individuelle par le bailleur aux locataires. A défaut, les bailleurs peuvent aussi proposer directement aux locataires des accords de même nature. Ces accords sont réputés applicables dès lors qu'ils ont été approuvés par écrit par la majorité des locataires, dans un délai d'un mois à compter de la réception de la notification individuelle par le bailleur...


Le cas des nouveaux contrats d'ascenseurs

Au problème créé par ces jurisprudences, s'ajoute depuis quelques mois une difficulté supplémentaire : la récupérabilité des nouveaux contrats d'entretien d'ascenseurs conclus en application des dispositions du décret du 9 septembre 2004, lui-même pris en application des dispositions relatives à la sécurité des ascenseurs de la loi du 2 juillet 2003 dite "Urbanisme et habitat". Les anciens contrats régis par l'arrêté du 11 mars 1977 doivent à compter du 30 septembre 2005 être remplacés au fur et à mesure de leur échéance avec de nouvelles clauses obligatoires et des obligations nouvelles pour l'ascensoriste ; un arrêté du 18 novembre 2004 (3) précise notamment que l'entretien des ascenseurs "comprend obligatoirement la réparation ou le remplacement des pièces défaillantes ou usées"...

Jusque là, les anciens contrats pouvaient être "simples" (sans remplacements de pièces) ou "complets" ; dans ce cas, un arrêté avait fixé à 73% la part de ces contrats récupérables auprès des locataires.

Introduit dans les mêmes conditions par l'USH, un amendement au projet de loi "ENL" rend récupérables, auprès des locataires soumis à la loi du 6 juillet 1989 et à ceux du parc social les dépenses effectuées par le bailleur dans le cadre d'un contrat d'entretien relatif aux ascenseurs répondant à la nouvelle réglementation. Il précise que sont récupérables les dépenses liées aux opérations et vérifications périodiques minimales et, parmi les opérations occasionnelles, la réparation et le remplacement de petites pièces présentant des signes d'usure excessive, ainsi que les interventions pour dégager les personnes bloquées en cabine et le dépannage et la remise en fonctionnement normal des appareils.

Une traduction détaillée de cet amendement, devra être faite dans le décret de 1987, et son application impliquera que les ascensoristes fassent ressortir dans leurs contrats et facturations le coût des prestations tenues pour récupérables, et celles, en fonction du "package" choisi par le propriétaire, qui ne le seront pas.

Les autres amendements devront également être traduits dans le décret de 1987, au terme d'une concertation dont l'issue n'est probablement pas pour demain ! En attendant leur adoption aura au moins l'avantage de bloquer l'application par les tribunaux de l'interprétation rigoriste donnée par la Cour de cassation au décret dans sa forme actuelle !



(1) décret n°87-713 du 26 août 1987

(2) Cass. 3ème Ch. civ. 10 mars 1999, n°97-10499
Cass. 3ème Ch. civ. 7 mai 2002, n°00-16268
Cass. 3ème Ch. civ. 30 octobre 2002, n°01-10617
Cass. 3ème Ch. civ., 24 mars 2004, n° 01-14439
Cass., 3ème Ch. civ., 01 juin 2005, n° 04-12137

(3) arrêté du 18 novembre 2004 relatif à l'entretien des installations d'ascenseurs
UniversImmo.com
Pour apporter un commentaire à cet Article, cliquez ici !
Commentaire posté par gevea , le 16/9/2010 à 17h10
depuis plus de vingt ans , je sollicite mon bailleur de me donner les justificatifs des dépenses locatives, loyers et autres, comme la loi le prévoit,

Trouvant certaines charges suspectes, idem pour les loyers, et autres...?

Charges dont la plupart nous étant imputées sont inexistantes, à sa charge et à celles des copropriétaires, et d'autres présentent de graves problèmes de calculs,ect...

Et je ne vous parle pas, des loyers qui sont augmentés, aux dessus des normes en vigueur.

Et aucun droit m'a été possible à ce jour, d'en vérifier les pièces justificatives...?

J'ai même été agressée plusieurs fois, quand j'ai sollicité celles-ci, et ceci devant un elu.

J'ai même obtenu un bon arrêt avant dires droits, au vu d'avoir une expertise globale, englobant la désignation :
- d'un expert en technique du bâtiment connaissant les désordres, plomberie, electricite et sinistres dégâts des eaux,

- et un second, expert gestionnaire ou comptable en gestion de copropriété et litiges locatifs pour faire la part entre les parties
(loyers et charges), au vu de faire savoir, si ceux-ci sont conformes aux normes en vigueur depuis des années.

Sachez au passage , chose étrange, que la loi trentenaire à été supprimée pour les charges et loyers, c'est bien la preuve que tout est fait pour le plaisir des bailleurs et copropriétaires, toujours aux détriments des locataires...?

Car maintenant , nous devons nous contenter de cinq ans, et encore , quand nous n'avons pas nos droits bafoués, au passage!!!

Loyers et charges d'autant plus, aux dessus des normes en vigueur...?

Mais le magistrat qui est aussi, ce qui est le plus grave d'autant plus, responsable des expertises, m'a mandaté aux lieu de deux experts spécialisés dans le domaine faisant suite à mes demandes, un expert en toiture!!!!

Et expert pourtant faisant savoir lors de sa venue ne rien y connaître, en électricite, plomberie, désordres, et sinistres dégâts des eaux,

Idem pour faire la part entre les parties ( loyers et charges ) celui-ci précisant que cela relève d'un comptable en gestion de copropriété et litiges locatifs.

Et pourtant ce dernier ne s'est pas récusé ni a sollicité de s'adjoindre deux sapiteurs, voulant obtenir indûment des honoraires excessifs pour lui seul, que je refusais depuis le départ qu'il ait.

Et ce magistrat ne l'a pas récusé non plus ou forcé à s'adjoindre des sapiteurs pour autant.

Me refusant maintes fois, la désignation de deux professionnels, alors qu'il avait le devoir de le faire, vu que c'est ce dernier qui l'a mandaté indûment et contre ma volonté, alors qu'il savait qu'il n'avait pas les compétences necessaires pour effectuer la mission ordonnée, étant spécialisé en toiture.

Arrêt avant dires droits, requérant dans son ensemble, deux experts spécialisés pour deux faits différents.

Spécificités inconnues par celui mandaté, par ce magistrat...?

Comme-ci ce magistrat voulait aider mon contradicteur, et donner à un expert incompétent des honoraires indûs...?

Honoraires qui auraient pu être donnés dans le même temps d'autant plus, à deux experts expérimentés et compétents, faisant suite à mes demandes.

Demandes d'autant plus , très détaillées...?

C'est pourquoi, et cela se voit dans les médias, que de nombreux bailleurs ou propriétaires en profitent, se sentant protégés indûment et ceci à l'infini par la justice et le gouvernement, de surcharger les locataires de loyers excessifs et charges abusives, d'autant plus qu'ils peuvent faire supprimer à volonté les APL de ces locataires, s'ils sont récalsitrants, vu que ces administrations se fient qu'à eux, ne laissant aucun moyen de défense à ces derniers, en contreparties.

Locataires aux droits bafoués, constamment.

Commentaire posté par CALVEYRAC , le 12/4/2010 à 20h18
Etant locataire dans un immeuble où l'accès se fait par interphone, je suis restée plus de quatre mois dans l'attente que ce propriétaire et le Syndic décident à faire le nécessaire pour que mes visiteurs aient enfin accès à mon appartement.
La question: je viens de recevoir la facture datant d'octobre 2009 concernant cette intervention. Qui doit payer ? mon propriétaire ou moi. Je paie des charges mensuelles de l'ordre de 50 € et un loyer de 730 €. Par avance, je vous remercie pour la réponse
Commentaire posté par Universimmo.com , le 11/3/2010 à 18h14
C'est une charge du propriétaire.
Commentaire posté par FIERRO , le 12/2/2010 à 11h42
Qui doit payer les charges pour le remplacement d' une antenne de télévision, et dans quelle proportion Merci
Les 5 avantages à acheter un bien immobilier dans le neuf
Vous avez le projet d'acheter un appartement ou une maison ? Vous hésitez entre un achat dans l'ancien ou dans le neuf ?Retrouvez un large choix de programmes immobiliers neufs sur Superimmoneuf.com et découvrez ici les 5 avantages d'un achat dans le neuf.
Lire...


Encadrement des loyers à Paris : le loyer qu'on vous propose est-il conforme?
Comment calculer le plafond applicable, que faire si le loyer proposé dépasse le plafond, le complément de loyer éventuellement demandé est-il justifié? Nous vous aidons à répondre à ces questions dans un dossier détaillé, et plus s'il le faut...
Lire...


Professionnels :
Universimmo-pro.com : un site spécialement conçu pour les professionnels de l'immobilier
universimmo-pro.com
Un site spécialement conçu pour vous : dossiers, actus, jurisprudence, etc.
cliquez ici

Pour recevoir gratuitement le sommaire de la lettre pro cliquez ici
Actualité et veille juridique : découvrez la
lettre du professionnel immobilier
!



Droit de réponse !!!
Vos remarques et suggestions
1 article, 1 livre ou 1 info à nous signaler ?
1 expérience à faire connaître ?

Faire connaître ce site à un(e) ami(e)?


Notre Ethique
Nos Garanties


achat immobilier acquéreur immobilier acte authentique administrateur de bien AFU et AFUL agence immobilière agent immobilier aides au logement annexion de parties communes annonces immobilières appartement article 17c article 20 article 24 article 25 article 26 article 42 ascenseur ASL assainissement assemblée générale association syndicale assurance audit énergétique bail bail commercial bailleur bâtiment bénéfice industriel et commercial (BIC) Besson boîte aux lettres Borloo budget prévisionnel cadastre cahier des charges carnet d'entretien immeuble Carrez caution certificat d'économie d'énergie (CEE) Censi-Bouvard charges locatives charges récupérables colocation combles commission d'agence commission compromis de vente compte bancaire séparé comptes concierge condition suspensive congé conseil syndical contrat de syndic copropriétaire copropriété crédit immobilier détecteurs avertisseurs autonomes de fumée (DAAF) défiscalisation dégât des eaux Demessine dépôt de garantie détecteur de fumée diagnostic dossier de diagnostic technique dommages-ouvrage diagnostic de performance énergétique (DPE) droit de préemption Duflot économie d'énergie éco-prêt à taux zéro éco-PTZ employé d'immeuble encadrement des loyers entretien d'immeuble étanchéité état des lieux expertise expert judiciaire fenêtre feuille de présence fiscalité immobilière foncier fonds de prévoyance fonds de roulement fonds travaux Forum fuites garantie financière garantie loyers impayés gardien gestion locative gestionnaire d'immeuble Girardin Grenelle garantie des risques locatifs (GRL) honoraires Hypothèque immeuble neuf immobilier immobilier ancien immobilier neuf impayés locatifs incitation fiscale indemnité d'assurance indemnité d'occupation indices de révision des loyers IRL les charges - le budget Lienemann location location meublée logement loi 89 lotissement loueur en meublé non professionnel (LMNP) loueur en meublé professionnel (LMP) loyer majorité mandat mandat de gestion marché immobilier meublé mitoyen niches fiscales offre d'achat parties communes peinture au plomb permis de construire permis de construire plan comptable plus-value préavis réduit président prêt à taux zéro (PTZ) prêt immobilier privilège procès verbal promesse de vente PTZ+ questionnaire notaire quorum ravalement RCP règlement de copropriété rénovation rénovation thermique rentabilité résolution revenus fonciers Robien RT 2005 RT 2012 saturnisme valeur locative Scellier SCI secrétaire de séance servitude SHOB SHON sinistre société civile subvention surface de plancher surface habitable syndic syndicat des copropriétaires taxe d'habitation taxe foncière termite toiture - terrasse transaction travaux unanimité vendeur immobilier vente immobilière VMC


 
Accueil I Copropriétaires I Bailleurs I Locataires I Actualité I Revue de Presse I Dossiers I Lexique I Guide Technique I Fiches Pratiques I Forums
Site pour les professionnels UniversImmo-Pro.com
I Partenaire formation d'Afpols

Copyright © 2000-2019 UniversImmo - SAS AEDév - tous droits réservés - n°Commission paritaire 1122 W 90656.
Informations légales I Conditions générales de vente I Votre publicité sur Universimmo.com I Contactez nous