Inscrivez-vous pour revevoir gratuitement notre lettre hebdo

Retrouvez la dernière lettre en ligne
Professionnels :
Universimmo-pro.com : un site spécialement conçu pour les professionnels de l'immobilier universimmo-pro.com
Un site spécialement conçu pour vous : dossiers, actus, jurisprudence, etc.
cliquez ici

Pour recevoir gratuitement le sommaire de la lettre pro cliquez ici
Le Forum de discussion
L'ancien Forum (fermé)
Consultation juridique en ligne
Des réponses à vos questions...
Nos Services "A la Carte"
Nos Dossiers d'Actualité
La Revue de Presse
Le Dico de l'immobilier
Le Guide Juridique
Le Guide Bâtiment
Les Dossiers
Les Fiches Pratiques
Abonnez-vous à notre lettre hebdo gratuite !

Retrouvez la dernière lettre en ligne
Sites utiles de l'immobilier
Indices et chiffres clés
Ce site est membre de
Fédération Française de l'Internet ImmobilierAssociation Planète copropriété
Retour à la page d'accueil principale I Retour à la page d'accueil Locataires
Accédez directement aux forums
Rechercher sur UniversImmo.com
ACTUS

Logement : la mécanique infernale des expulsions


Le 15/3/2010
Imprimer cet Article Envoyer cet Article a un(e) ami(e) Voir nos autres Articles
Imprimer cet Article Envoyer cet Article a un(e) ami(e) Voir nos autres Articles

UI - Actus - 15/3/2010 - Logement : la mécanique infernale des expulsions
Ce 15 mars prend fin la trêve hivernale des expulsions de locataires, au grand dam du collectif d'associations qui manifestait samedi pour un moratoire déjà refusé par le secrétaire d'Etat en charge du logement. Selon la Fondation Abbé Pierre, 105.000 ménages ont vu leur bail locatif résilié par une décision de justice, soit une progression de 47% sur les dix dernières années. Elle craint que l'année 2010, dans un contexte de très forte crise économique et sociale, ne soit sur ce plan catastrophique ! La Fondation constate aussi que les expulsions sont, contrairement aux idées reçues, de plus en plus exécutées (+84% en 10 ans de décisions accordant le concours de la force publique, ce que corrobore une enquête réalisée par l'ADIL du Gard sur le parcours logement des locataires menacés d'expulsion dans ce département. Edifiant !
En savoir plus ?
Decouvrez toutes les ressources liées au thème "Défendre mes droits de locataire"
A lire également...
La liste des charges récupérables clarifiée concernant les frais de personnel
30/12/2008
Locataires : la réduction et l'avance gratuite du dépôt de garantie facilite le déménagement
26/2/2008
Des mesures pour faciliter la vie des candidats à une location ?
2/4/2007
La protection des locataires, toujours d'actualité !
9/5/2006
Charges locatives : vers une clarification et plus de flexibilité...
13/4/2006
Les Questions/Réponses
Loi Alur - Augmentation du loyer avec effet rétroactif
8/12/2014
Découverte d'humidité dans le placard de l'entrée...
15/3/2013
Le logement en rez de chaussée doit-il contribuer dans ses charges locatives aux charges d'ascenseur?
3/12/2012
Etat des lieux de sortie vierge
24/9/2012
Le bail est-il reconduit pour 2 ou 3 ans ?
2/7/2012
Nos dossiers
Ce que la loi ALUR a déjà changé pour les locataires
14/5/2014
Nos Fiches Pratiques
L'état des lieux (loi ALUR)
3/11/2015
Colocation – ce que la loi ALUR a changé
28/6/2015
Location - Les frais d'agence (loi ALUR)
9/10/2014
Le droit de préemption du locataire consécutif à un congé pour vendre
13/12/2011
Locataires, comment exiger de votre propriétaire l'exécution de son obligation de "jouissance paisible" (avec modèle de lettre)
17/2/2010

L'application de la loi "Dalo" en question



Selon l'INSEE, en 2006, 1,8 million de personnes étaient en difficulté de paiement dont 500.000 avaient déjà deux mois de loyers impayés. La situation ne s'est certainement pas améliorée. Chaque année, plus de 100.000 décisions de justice d'expulsion sont prononcées, et plus de 10.000 expulsions sont réalisées avec l'aide de la force publique. Or, certaines touchent des familles reconnues prioritaires par les commissions du droit au logement opposable (DALO).

Le comité de suivi de la mise en oeuvre de la loi du même nom a adopté le 12 mars une motion demandant aux pouvoirs publics de mettre fin aux expulsions de personnes prioritaires pour un relogement, parlant de "dysfonctionnement de l'Etat".

Dans des propos rapportés par l'AFP, Paul Bouchet, ancien président d'ATD Quart-Monde et membre de ce comité dénonce l'absurdité selon laquelle l'Etat déloge alors qu'il doit reloger selon la loi... Le sénateur UMP des Yvelines Dominique Braye, également membre du comité, dénonce "un gâchis monumental d'argent public", alors que 18% des personnes qui font un recours DALO le font au titre de menaces d'expulsions.

Craignant une fois de plus un tollé des milieux proches des propriétaires privés, le gouvernement ne veut pas entendre parler de "moratoire". "Ce serait un très mauvais signal" envoyé aux "propriétaires publics comme privés", a déclaré à l'AFP le secrétaire d'Etat au Logement, Benoist Apparu, qui met en avant le risque, s'il cédait à la tentation de suspendre les expulsions, de "restreindre l'offre de logement pour les personnes modestes ou en difficulté" dans un marché déjà très tendu, selon ses propos. Alors il essaie tant bien que mal de rassurer : il ne s'agit pas, dit-il, de "mettre des gens à la rue" : une solution "d'hébergement adapté" doit être proposée à toute personne ou famille expulsée, promet-il, sachant pertinemment que dans des régions comme l'Ile-de-France ce ne sera pas possible.

Les associations contestent cet argumentaire en période de crise économique et sociale, d'autant qu'il existe un fonds d'indemnisation des propriétaires auquel les préfets peuvent avoir recours, mais qu'ils ont reçu consigne de ménager : les indemnisations des propriétaires dont les locataires ne sont pas expulsés malgré une décision de justice s'étaient élevées à 78 millions d'euros en 2005, et sont tombées à 31 millions en 2008...

Du coup les accords d'octroi du concours de la force publique ont bondi de 84% en 10 ans, chiffre qui fait mentir l'idée reçue selon laquelle on n'expulse pas en France...


Profil type des ménages menacés d'expulsion



Autre preuve : celle apportée par l'ADIL (Association départementale pour l'information sur le logement) du Gard. Certes, ce n'est pas l'Ile-de-France, mais pour la première fois, sous l'impulsion nationale de l'ANIL (Association nationale pour l'information sur le logement) une départementale ADIL a collecté et traité des données sur une population de ménages expulsés ou menacés d'expulsion et a essayé d'en caractériser le ou les profils types, ainsi que le parcours judiciaire qui les a conduits dans cette situation.

Il en ressort quelques grandes données sur cette population :

- en premier lieu il y a une majorité de locataires du privé (56%) par rapport à ceux du parc social ;

- ensuite une ancienneté plus courte pour ceux du privé (moins de 4 ans majoritairement entre l'entrée dans les lieux et le commandement d'avoir à quitter les lieux (CQL), signe dit l'étude d’une "réactivité procédurale plus rapide, face à l’impayé de loyer, chez les bailleurs privés" ; une ancienneté par contre plus étalée dans le social, l’ancienneté d’occupation s’étendant de moins de 2 ans à plus de 10 ans ;

- une dette plus récente pour les locataires du parc privé : plus de 80% d'entre eux sont assignés à comparaître pour une dette d’une
ancienneté inférieure à 2 ans, et la moitié d’entre eux le sont pour des impayés ayant débuté moins d’un an avant qu’ils ne soient assignés ; dans le parc social, un quart des ménages assignés le sont pour un impayé de loyer ayant débuté plus de deux ans avant l’assignation, tandis qu’aucune procédure n’a été engagée pour une dette d’une ancienneté inférieure à 6 mois...

- un taux de comparution également différent suivant le parc : 43% des ménages du parc privé sont comparants à l'audience contre seulement 35% des ménages du parc social ;

- des décisions de justice très fermes contrairement aux idées reçues : près de 60% sont des décisions d'expulsion sans délais (il est vrai que 80% des ménages concernés ne sont pas comparants), un petit tiers obtient des délais sans expulsion et 10% écopent d'une expulsion avec délais ;

- des procédures plutôt rapides là aussi par rapport aux idées reçues : en moyenne 6 mois entre l’audience et le commandement de quitter les lieux, 10 mois entre l’audience et la réquisition de la force publique, 16 mois entre l’audience et l’octroi de la réquisition de la force publique, et 19 mois en tout entre l’audience et l’expulsion avec concours de la force publique !


Que deviennent les ménages menacés d'expulsion ?



Très peu d'informations sont en général disponibles sur les ménages faisant l'objet d'une procédure d'expulsion, leur destination des immédiatement après qu’ils aient quitté leur logement n'étant pas "tracée" pour enquêter. L'étude de l'ADIL du Gard n'en a que plus de valeur ! Les enquêteurs ont étudié 202 ménages et ont notamment pu suivre avec précision le parcours logement de 93 d'entre eux ; il en ressort les données suivantes :

- 14% ont réussi à se maintenir dans les lieux : 3 seulement dans le parc privé, les autres dans le parc public ; tous ont été
rétablis dans leurs droits par la signature d’un nouveau bail, (avec le concours financier du FSL pour l’une de ces personnes) ; la plupart par protocole d'accord "Borloo", 3 par apurement de la dette et signature d’un nouveau bail, 1 par mesure d’appel et abandon de la procédure par le bailleur, les autres par mesure d’accompagnement social...

- 51% des ménages étudiés ont quitté le logement avant même la demande de réquisition de la force publique, la tentative d’expulsion, effectuée par un huissier de justice, ayant provoqué le départ quasi- immédiat du logement ;

- 25% ont quitté les lieux au moment de la demande de réquisition de la force publique : lorsqu’il y a une telle réquisition, la police prend contact avec le locataire concerné, afin de l’informer (en général 15 jours avant) de leur date programmée d’intervention, et tenter de le convaincre de quitter le logement avant qu’elle n’ait lieu, ce qui produit visiblement des résultats ;

- 9 % des ménages concernés par la menace d’expulsion ont quitté leur logement après l’octroi mais avant l’expulsion effective avec concours de la force publique ;

- seuls 15% des locataires ayant quitté leur logement sont partis à la date programmée d’expulsion, avec l’intervention effective de la force publique...


Quant à l'après départ, spontané ou forcé, il est encore plus paradoxal : l'idée que ces locataires sont relogés tant bien que mal dans le logement social est tout sauf vérifiée :

- si plus de deux tiers des ménages enquêtés ont retrouvé un logement autonome, une grande majorité d’entre eux a trouvé ce logement dans le parc privé. Seuls 12 ménages sur 202 ont été relogés dans le parc social ! D’une part, certains bailleurs sociaux ont beaucoup de réticence à loger une personne stigmatisée par l’impayé de loyer, à fortiori lorsqu’il a donné lieu à une procédure d’expulsion ; d’autre part, les délais d’attente d’un logement social ne permettent pas de répondre, par la voie de droit commun, à une situation d’urgence telle que celle des personnes menacées d’expulsion...

Les ménages menacés d’expulsion ont-ils eu recours aux recours ouverts par la loi "DALO" ? Là aussi les chiffres laissent songeur : sur les 202 ménages enquêtés, ils n’étaient que 15 à avoir tenté d’exercer leur droit au logement (mais l'étude reconnait que la commission de recours amiable n’a été installée qu’au 1er janvier 2008). La commission s’est prononcée pour 13 de ces ménages, dont 6 se trouvaient déjà dans le parc social tandis que 9 étaient logés dans le parc privé.

A noter toutefois que l'enquête se passe dans le Gard. Les chiffres nationaux du "DALO" sont tout autres : selon les derniers chiffres du comité de suivi datant de fin décembre 2009, 11.291 ménages n'ont pas reçu d'offre de relogement dans le délai légal (deux mois) dont 10.034 en Ile-de-France (7.565 à Paris). Fin juin 2009, ils n'étaient que 7.254 et 6.502 (et 5.509) respectivement. Pour l'hébergement, ce chiffre était de 1.714 France entière et 1.239 en Ile-de-France (mais 0 à Paris). En juin, ces statistiques étaient de 1.234 et 935 respectivement. Les membres du comité de suivi se félicitent néanmoins que 18.380 ménages aient été relogés et 1.900 hébergés depuis le début de la procédure.

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-
Des réponses à vos questions !!!

Pour estimer la valeur d'un appartement ou d'une maison à la vente ou à la location consultez : l'Argus du logement
-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-

UniversImmo.com
Pour apporter un commentaire à cet Article, cliquez ici !
Commentaire posté par Henri , le 16/4/2013 à 22h11
A-t-on le droit d'expulser un locataire dépressif
hospitalisé?
Commentaire posté par Alain , le 1/8/2011 à 18h02
Comme dit en réponse l'un des intervenants:oK mais celui qui a 4 biens il spécule et là, c'est comme la bourse, il y a des risques. la majorité des locataires, le sont par obligation ( en général les + pauvres et souvent victimes du chômage ( les mauvais payeurs sont une minorité, quoique que l'on en dise ). Mais lorsque un propriétaire confie sont patrimoine à une régie, il peut s'attendre au pire de la part de la régie , bien avant du locataire ! J'en ai été victime, jusqu’à une expulsion ! ( surfacturations de toute natures sur les charges et même sur les loyers, appel aux huissiers ( qui y si sont très intéressés, parfois complices ( les expulsions leurs rapportent énormément !!)) Vu que c'est spéculatifs ( avec des loyers moins élevés= moins de problèmes et moins de défauts de paiements) Les propriétaires ne doivent pas être protégés des mauvaises conditions économique que subissent en premier, leurs locataires ( partages des risques) puisque leurs situation est spéculative: l'état s'est bien sur ne fait pas son devoir pour assurer à tous un travail....ce qui éviterais bien des problèmes, aux locataires surtout, et aux bailleurs....au fait , en résumer, c'est peut être ( très certainement !!!!) le locataire qui a permis la construction du patrimoine du bailleur....Tout est dit sur l'exploitation des plus faibles !
Commentaire posté par OLLIVIER , le 14/7/2011 à 11h54
Je voudrais répondre à l'internaute Caussade en ce qui concerne le droit à la propriété ! Quand il dit que il a fallu des sacrifices pour acheter un bien , qui le conteste ? ce qui est navrant c'est qu'il dise en bas de son post que 80 % des propriétaires possèdent QUATRE biens en location et qu'on ne peut pas les qualifier de Riches ! ! NANTIS est le nouveau mot pudique... comment peut on dire qu'on vivote avec 4 loyers au prix ou ils sont aujourd'hui ? alors certes celui qui a acheté un petit truc et le loue en attendant d'en jouir, oK mais celui qui a 4 biens il spécule et là, c'est comme la bourse, il y a des risques.
Commentaire posté par CAUSSADE , le 20/3/2010 à 16h47
oui il est essentiel de pratiquer des expulsions pour garantir un droit essentiel
LE RESPECT DU DROIT A LA PROPRIETE
sans lequel il n'y aura plus de libertés
IL ne faut pas considérer le parc de logements locatif comme un stock a s'approprier par la force (vision marxiste)mais essayer de le dévelloper pour réduire la pénurie structurelle de logements ce qui implique d'attirer des investisseurs, des capitaux (carburant de l'économie) car c'est bien parce que l'Etat endetté manque d'argent qu'il manque des HLM depuis 30ans !!!Sans respect du droit a la propriété il n'y aura plus de nouveaux logements faute d'investisseurs car il est facile d'etre généreux avec l'argent des autres...
Les investisseurs institutionnels fuient le secteur du logement car peu rentable et trop risqué, ne décourageons pas les particuliers
Un propriétaire doit attendre en moyenne 2 ans pour récupérer son bien or on n'investis pas par plaisir dans l'immobilier mais parce que nous aussi avons besoin d'un revenu pour vivre :
complément retraite, complément pendant une période d'inactivité chômage etc... sans compter qu'il y a un coût fixe les taxes foncières que l'on devra débourser
Nous interdire de récupérer notre bien , c'est immoral, c'est une injustice (car nous avons épargné des années pour l'acheter ou nos parents ont payé des droits de succession exorbitants pour en hériter) aussi grande que de mettre a la rue (sans toits) des locataires
Ne luttons pas contre des injustices en en créant d'autres
Mon propos est de faire constater aux internautes que le propriétaire bailleur est un bouc émissaire car in n'incombe pas a un particulier d'assurer le droit au logement opposable mais a l'ETAT
Si celui ci en est incapable, arrêtons de créer des lois utopiques, véritables usines a gaz par simple électoralisme ou réquisitionnons plutot les propriétés des stars du show biz et ministres en priorité
Je serai certainement censuré mais c'est l'avis de l'immense majorité des propriétaires
VIVE LA PROPRIETE PRIVEE
PS 80% des propriétaires ont au maximum 4 logements en location donc ce ne sont pas des riches contrairement aux stéréotypes
Les 5 avantages à acheter un bien immobilier dans le neuf
Vous avez le projet d'acheter un appartement ou une maison ? Vous hésitez entre un achat dans l'ancien ou dans le neuf ?Retrouvez un large choix de programmes immobiliers neufs sur Superimmoneuf.com et découvrez ici les 5 avantages d'un achat dans le neuf.
Lire...



Encadrement des loyers à Paris : le loyer qu'on vous propose est-il conforme?
Comment calculer le plafond applicable, que faire si le loyer proposé dépasse le plafond, le complément de loyer éventuellement demandé est-il justifié? Nous vous aidons à répondre à ces questions dans un dossier détaillé, et plus s'il le faut...
Lire...



Professionnels :
Universimmo-pro.com : un site spécialement conçu pour les professionnels de l'immobilier
universimmo-pro.com
Un site spécialement conçu pour vous : dossiers, actus, jurisprudence, etc.
cliquez ici

Pour recevoir gratuitement le sommaire de la lettre pro cliquez ici
Actualité et veille juridique : découvrez la
lettre du professionnel immobilier
!



Droit de réponse !!!
Vos remarques et suggestions
1 article, 1 livre ou 1 info à nous signaler ?
1 expérience à faire connaître ?

Faire connaître ce site à un(e) ami(e)?


Notre Ethique
Nos Garanties


achat immobilier acquéreur immobilier acte authentique administrateur de bien AFU et AFUL agence immobilière agent immobilier aides au logement annexion de parties communes annonces immobilières appartement article 17c article 20 article 24 article 25 article 26 article 42 ascenseur ASL assainissement assemblée générale association syndicale assurance audit énergétique bail bail commercial bailleur bâtiment bénéfice industriel et commercial (BIC) Besson boîte aux lettres Borloo budget prévisionnel cadastre cahier des charges carnet d'entretien immeuble Carrez caution certificat d'économie d'énergie (CEE) Censi-Bouvard charges locatives charges récupérables colocation combles commission d'agence commission compromis de vente compte bancaire séparé comptes concierge condition suspensive congé conseil syndical contrat de syndic copropriétaire copropriété crédit immobilier détecteurs avertisseurs autonomes de fumée (DAAF) défiscalisation dégât des eaux Demessine dépôt de garantie détecteur de fumée diagnostic dossier de diagnostic technique dommages-ouvrage diagnostic de performance énergétique (DPE) droit de préemption Duflot économie d'énergie éco-prêt à taux zéro éco-PTZ employé d'immeuble encadrement des loyers entretien d'immeuble étanchéité état des lieux expertise expert judiciaire fenêtre feuille de présence fiscalité immobilière foncier fonds de prévoyance fonds de roulement fonds travaux Forum fuites garantie financière garantie loyers impayés gardien gestion locative gestionnaire d'immeuble Girardin Grenelle garantie des risques locatifs (GRL) honoraires Hypothèque immeuble neuf immobilier immobilier ancien immobilier neuf impayés locatifs incitation fiscale indemnité d'assurance indemnité d'occupation indices de révision des loyers IRL les charges - le budget Lienemann location location meublée logement loi 89 lotissement loueur en meublé non professionnel (LMNP) loueur en meublé professionnel (LMP) loyer majorité mandat mandat de gestion marché immobilier meublé mitoyen niches fiscales offre d'achat parties communes peinture au plomb permis de construire permis de construire plan comptable plus-value préavis réduit président prêt à taux zéro (PTZ) prêt immobilier privilège procès verbal promesse de vente PTZ+ questionnaire notaire quorum ravalement RCP règlement de copropriété rénovation rénovation thermique rentabilité résolution revenus fonciers Robien RT 2005 RT 2012 saturnisme valeur locative Scellier SCI secrétaire de séance servitude SHOB SHON sinistre société civile subvention surface de plancher surface habitable syndic syndicat des copropriétaires taxe d'habitation taxe foncière termite toiture - terrasse transaction travaux unanimité vendeur immobilier vente immobilière VMC


 
Accueil I Copropriétaires I Bailleurs I Locataires I Actualité I Revue de Presse I Dossiers I Lexique I Guide Technique I Fiches Pratiques I Forums
Argus du logement®
I UniversImmo-Pro.com

Copyright © 2000-2017 UniversImmo - SAS AEDév - tous droits réservés - n°Commission paritaire 1112 W 90656.
Informations légales I Conditions générales de vente I Votre publicité sur Universimmo.com I Contactez nous