Inscrivez-vous pour revevoir gratuitement notre lettre hebdo

Retrouvez la dernière lettre en ligne
Professionnels :
Universimmo-pro.com : un site spécialement conçu pour les professionnels de l'immobilier universimmo-pro.com
Un site spécialement conçu pour vous : dossiers, actus, jurisprudence, etc.
cliquez ici

Pour recevoir gratuitement le sommaire de la lettre pro cliquez ici
Le Forum de discussion
L'ancien Forum (fermé)
Consultation juridique en ligne
Des réponses à vos questions...
Nos Services "A la Carte"
Nos Dossiers d'Actualité
La Revue de Presse
Le Dico de l'immobilier
Le Guide Juridique
Le Guide Bâtiment
Les Dossiers
Les Fiches Pratiques
Abonnez-vous à notre lettre hebdo gratuite !

Retrouvez la dernière lettre en ligne
Sites utiles de l'immobilier
Indices et chiffres clés
Ce site est membre de
Fédération Française de l'Internet ImmobilierAssociation Planète copropriété
Retour à la page d'accueil principale I Retour à la page d'accueil Copropriétaires
Accédez directement aux forums
Rechercher sur UniversImmo.com
ACTUS

Copropriété : des nouvelles obligations à prendre en compte par les acquéreurs


Le 18/5/2011
Imprimer cet Article Envoyer cet Article a un(e) ami(e) Voir nos autres Articles
Imprimer cet Article Envoyer cet Article a un(e) ami(e) Voir nos autres Articles

UI - Actus - 18/5/2011 - Copropriété : des nouvelles obligations à prendre en compte par les acquéreurs
Les obligations s'accumulent sur les copropriétaires : après celles visant à la sécurisation des ascenseurs, dont une grande partie reste encore à faire dans la plupart des immeubles, arrivent pour les immeubles à chauffage collectif les nouvelles obligations résultant du Grenelle de l'environnement relatives à l'amélioration de la performance énergétique : audit dans les 5 ans à compter de 2012, et plan de travaux d'économies d'énergie ou contrat de performance énergétique. Elles s'ajoutent bien sûr aux gros travaux nécessités par l'entretien et la conservation du patrimoine. En l'absence d'une culture de programmation pluriannuelle et de provisionnement des travaux, il devient de plus en plus difficile pour les candidats acquéreurs d'un appartement en copropriété de prévoir le coût global de l'entretien de l'immeuble ou de la résidence dans les 5 à 10 ans à venir, durée moyenne de détention d'un bien immobilier.
En savoir plus ?
Decouvrez toutes les ressources liées au thème "M'intéresser, participer à ma copropriété"
A lire également...
Loi ALUR : les honoraires de syndic doivent-ils augmenter ?
15/5/2015
Copropriété : comment les syndics ont perdu la bataille de la communication
3/6/2013
L'individualisation des frais de chauffage : une fausse bonne idée ?
17/2/2013
Les syndics de copropriété à la croisée des chemins
30/10/2012
Faut-il obliger les copropriétés à mieux se gérer ?
1/3/2012
Les Questions/Réponses
Décision de ne pas constituer un fonds de travaux
24/10/2017
Recours à un architecte pour des travaux et honoraires du syndic
9/8/2017
Le conseil syndical de ma copropriété décide et fait réaliser des travaux sans passer par l'assemblée générale
28/7/2017
L'assemblée générale peut-elle décider de ne pas constituer un fonds de travaux ?
21/7/2017
Quelle est la durée minimale d'un mandat de syndic ?
18/5/2015
Nos dossiers
Négocier les contrats d’énergie en copropriété
19/2/2014
LIVRE BLANC - Copropriétés 1 : Plaidoyer pour des fonds travaux obligatoires
10/5/2010
La réglementation relative aux comptes des syndicats des copropriétaires
30/4/2007
Le syndic et l’immeuble neuf
1/9/2003
L’adaptation des règlements de copropriété
1/9/2003
Nos Fiches Pratiques
Les parties communes et privatives de la copropriété
14/6/2016
Copropriété - L'approbation des comptes -
2/6/2016
Copropriété - Fonds de travaux obligatoire au 1er janvier 2017
23/2/2016
Contrat type pour les syndics à partir du 2 juillet 2015
25/6/2015
Les diagnostics énergétiques - les obligations réglementaires et les décisions en copropriété
12/12/2014

Loi Grenelle II : de nombreux textes en préparation



Sans aller aussi loin que d'aucuns l'auraient souhaité, la loi Grenelle II du 12 juillet 2010 a fixé aux copropriétés un calendrier ambitieux : celles dont le permis de construire est antérieur à 2001, équipés d'une installation collective de chauffage ou de refroidissement, et comportant plus de 50 lots tous types confondus (immeubles ou résidences de plus de 15 à 20 logements - leur nombre est estimé à environ 200.000 copropriétés) devront d'ici fin 2016 avoir réalisé un "audit énergétique", et devront présenter dans l'année qui suit à l'assemblée générale des copropriétaires un "plan de travaux d'économie d'énergie" ou une proposition "contrat de performance énergétique" (CPE) à conclure avec un opérateur spécialisé ou "intégrateur" prêt à s'engager sur un résultat. Les autres copropriétés de plus petite taille mais dotées néanmoins d'un chauffage ou d'une climatisation collectifs seront dispensées d'audit, mais devront quand même réaliser un "diagnostic de performance énergétique" (DPE) global pour l'immeuble, et présenter dans l'année qui suit un plan de travaux ou un CPE...

Autres innovations : non seulement les plans de travaux à soumettre aux assemblées pourront, même s'ils constituent des "améliorations" et qu'ils ajoutent à l'immeuble des équipements qu'il ne comportait pas, être votés avec une majorité dérogatoire - celle de l'article 25 de la loi du 10 juillet 1965, à savoir la majorité des voix de tous les copropriétaires, avec possibilité d'un second vote lors de la même assemblée à la majorité simple des présents et représentés -, mais ils pourront aussi comporter des travaux "d'intérêt collectif réalisés sur les parties privatives et aux frais du copropriétaire du lot concerné, sauf dans le cas où ce dernier est en mesure de produire la preuve de la réalisation de travaux équivalents dans les dix années précédentes".

Comme souvent après un législateur visionnaire, la mise en musique s'avère laborieuse. Près d'un an après, aucun texte d'application (décrets et arrêtés) n'est encore publié, et un seul semble achevé dans la rédaction : le décret définissant l' "audit énergétique". Et encore non sans susciter de critiques : l'ARC (Association des responsables de copropriété) et plusieurs autres participants du "Chantier copropriété" du Plan bâtiment Grenelle lui reprochent de se restreindre aux aspects thermiques, et de ne pas obliger de prendre suffisamment en compte l'état global de l'immeuble, son vieillissement et ses pathologies générales, et les problèmes vécus par les habitants (acoustique, accessibilité, sécurité...) ; bref de ne pas s'articuler avec un plan de rénovation globale, de ne pas permettre de bâtir un plan de financement viable ou de mobiliser des subventions, et de tomber dans le travers des diagnostics thermiques qui n’aboutissent la plupart du temps, dixit l'ARC, qu’à changer les chaudières vétustes... L'administration se défend en mettant en avant la rédaction de la loi, qui ne mentionne qu'un "audit énergétique", et le fait que rien n'interdit à une copropriété d'en faire plus si elle le souhaite...

Le diable étant comme on dit dans les détails, encore faut-il attendre l'arrêté qui suivra le décret pour connaître les modalités précises de cet "audit", probablement vers la fin de l'année.

Pas de nouvelles par contre des autres textes : celui sur le DPE collectif attend le renforcement en cours du DPE individuel, celui obligatoire en cas de vente ou de location, jugé insuffisamment rigoureux pour le moment. Les observateurs resteront encore un peu sur leur faim, car il est difficile d'imaginer que, pour permettre d'établir à la suite un plan de travaux ou proposer un CPE, le DPE collectif diffère beaucoup de l' "audit énergétique" imposé aux copropriétés de plus de 50 lots...

Enfin aucune nouvelle des textes qui doivent définir ce que peut être un CPE en copropriété, et les garanties dont il doit être assorti pour sécuriser les copropriétaires. Les réflexions entamées à ce sujet dans le cadre du "Grenelle" révèlent la complexité de ce type de contrats dès lors qu'il ne s'agit pas de traiter uniquement de l'appareil de production de chaleur ou de refroidissement. Or une rénovation énergétique doit nécessairement intégrer le bâti et son isolation, car un traitement adéquat des façades, toitures et ouvertures - fenêtres et baies vitrées - réduit considérablement les besoins par rapport à l'appareil de production.

Indépendamment des CPE, un vaste chantier reste au demeurant encore à ouvrir concernant les responsabilités relatives aux travaux qui seront proposés aux copropriétaires : qui sera garant vis à vis d'eux qu'ils apporteront bien les économies escomptées et qu'ils justifieront les investissements impliqués ? Les syndics ne voudront probablement pas porter le chapeau, et on les comprend. Architectes et bureaux d'études ne sont pas habitués à endosser ce type de responsabilités. De nouveaux types d'opérateurs indépendants - assistants à maîtrise d'ouvrage, "accompagnateurs", "intégrateurs" - devront émerger, dotés de nouvelles couvertures assurantielles.


Des budgets de 12 à 20.000 euros par copropriétaires, voire plus...



En tous cas, les factures s'annoncent "salées" : l'ANAH (Agence nationale de l'habitat), qui a consacré 92 millions d'euros de subventions accordées aux copropriétés en difficulté en 2010, tire la sonnette d'alarme et souhaite qu'une véritable politique préventive soit mise en oeuvre afin d'éviter que les copropriétés ne se retrouvent dans des situations parfois dramatiques. Une étude sur les copropriétés construites entre les années 1950 et 1980, dont le nombre est estimé à 145.000 (24% des immeubles en copropriété mais 45% des logements car ces immeubles sont généralement de taille supérieure à la moyenne), révèle que 40 à 70 milliards d'euros seront nécessaires dans les 10 ans qui viennent pour les réhabiliter et les améliorer ! Il faut ajouter à celles-ci les 318.000 copropriétés construites avant 1948, formant 53% du parc, dont le coût de rénovation n'a pas encore été chiffré.

Concrètement, sur l'ensemble des immeubles construits entre 1950 et 1984, d'ici à dix ans la rénovation devrait représenter selon l'ANAH une charge moyenne de 12.000 à 20.270 euros par propriétaire de résidence principale. Et cette charge s'accroît considérablement quand la copropriété est dégradée. Si l'immeuble cumule les problèmes (façade, toit, chaudière, etc.) l'ANAH estime entre 25.000 et 38.000 euros le coût de la rénovation des parties communes (selon que l'on procède ou pas à une rénovation thermique) !

Certes, les aides ne manquent pas pour les copropriétaires, mais elles sont en très grande partie essentiellement individuelles : "Eco-prêt à taux zéro" ("Eco-PTZ"), en cours de remise à plat, crédit d'impôt (malheureusement pour le moment exclusifs l'un de l'autre), aides dans le cadre du programme de lutte contre la précarité énergétique (programme "Habiter mieux" doté d'un milliard d'euros, auquel s'associe un nombre croissant de départements - près de 50 à ce jour), et autres aides des collectivités territoriales, caisses de retraite, etc.. L'ANAH ne distribue pratiquement plus de subventions aux copropriétaires occupants, aux bailleurs et aux copropriétés elles-mêmes en dehors des conventionnements, programmes de lutte contre l'habitat indigne, plans de sauvegarde ou "OPAH copropriétés dégradées". Ce qui n'est pas rien : près de 800.000 logements sont concernés !

En dehors de ces contextes, des subventions collectives sont accordées par l'ADEME dans le cadre d'opérations programmées pour la réalisation des diagnostics et audits. Un groupe de travail du Chantier copropriété a formulé des propositions pour la mise en place avec les banques et les pouvoirs publics d'un "Eco-PTZ copropriété", mais les obstacles à lever ne sont pas minces, dont le moindre n'est pas un certain manque d’appétence des banques à son égard et à celui de l'Eco-PTZ en général...


L'impact futur de la performance énergétique



A supposer qu'ils aient les moyens de financer de tels montants de travaux - rappelons que tous n'ont pas aux aides et que celles-ci peuvent n'être que partielles -, les copropriétaires se laisseront-ils embarquer dans des investissements aussi considérables ? Nul doute qu'avec un pouvoir d'achat en berne, ils ne le feront pas facilement sans confiance dans les intervenants et probablement de solides garanties. Deux facteurs sont susceptibles de les y encourager :

- une hausse sensible du coût de l'énergie, sous l'effet de son prix ou d'une éventuelle "éco-taxe" ressortie des cartons ;

- un impact décisif de la performance énergétique - l'effet "étiquette de consommation" du DPE - sur les prix de vente et les loyers.

Ce dernier, bien que non mesurable aujourd'hui, ne peut que s'accroître : en décembre 2010, une enquête du site d'annonces A Vendre à Louer révélait que 73% des acheteurs pensaient déjà que le DPE pouvait devenir un critère de recherche, et 82,3% anticipaient que de mauvais résultats de DPE d'un bien permettront de le négocier à la baisse, même si seuls 26,6% envisageaient alors d'abandonner une négociation pour ce motif.

Depuis 2011, le classement énergétique permet d’augmenter le montant du nouveau prêt à taux zéro pour l'accession à la propriété ("PTZ+").

Il est probable que la performance énergétique ne fera pas vendre plus cher : face à la multiplication des immeubles "BBC" (bâtiment basse consommation) et des copropriétés "éco-rénovées" avec label à la clé, la mauvaise performance fera de plus en plus sûrement vendre moins cher, notamment dans les ensembles immobiliers à charges élevées (ceux qui cumulent toutes les prestations : gardiens, chauffage et eau chaude collective, espaces verts, ascenseurs, etc.). On mesure déjà (voir les statistiques de "CLAMEUR") la pression de l’augmentation des charges sur le loyer...

Le risque est réel de voir se "paupériser" un nombre croissant de copropriétés, en tous cas toutes celles qui ne seront plus en adéquation avec leur "marché", et ce risque sera majoré pour les grandes copropriétés, qui font déjà peur aux acquéreurs par le montant de leurs charges...

Entre ce risque et la perspective d'avoir à faire face à des charges autrement plus importantes que ce qui se pratique actuellement, l'achat en copropriété peut réserver de désagréables surprises. Mieux vaut être prévenu !


- Voir nos derniers articles et nos brèves

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-
Des réponses à vos questions !!!

Pour estimer la valeur d'un appartement ou d'une maison à la vente ou à la location consultez : l'Argus du logement

Recevez gratuitement le sommaire de la LA LETTRE D'INFORMATION DU PROFESSIONNEL IMMOBILIER spécialement destinées aux professionnels de l'immobilier résidentiel.
-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-
UniversImmo.com
Pour apporter un commentaire à cet Article, cliquez ici !
Commentaire posté par pastis32 , le 22/5/2011 à 07h49

bonjour , c'est parfaitement inadmissible de charger davantage les coproprietaires , nous avons deja énormement de peine a faire face aux charges , cela va devenir impossible a assumer . beaucoup seront dans l'obligation de vendre leur bien , je ne pense^pas que ça soit la bonne solution
Les 5 avantages à acheter un bien immobilier dans le neuf
Vous avez le projet d'acheter un appartement ou une maison ? Vous hésitez entre un achat dans l'ancien ou dans le neuf ?Retrouvez un large choix de programmes immobiliers neufs sur Superimmoneuf.com et découvrez ici les 5 avantages d'un achat dans le neuf.
Lire...


Encadrement des loyers à Paris : le loyer qu'on vous propose est-il conforme?
Comment calculer le plafond applicable, que faire si le loyer proposé dépasse le plafond, le complément de loyer éventuellement demandé est-il justifié? Nous vous aidons à répondre à ces questions dans un dossier détaillé, et plus s'il le faut...
Lire...



Professionnels :
Universimmo-pro.com : un site spécialement conçu pour les professionnels de l'immobilier
universimmo-pro.com
Un site spécialement conçu pour vous : dossiers, actus, jurisprudence, etc.
cliquez ici

Pour recevoir gratuitement le sommaire de la lettre pro cliquez ici
Actualité et veille juridique : découvrez la
lettre du professionnel immobilier
!



Droit de réponse !!!
Vos remarques et suggestions
1 article, 1 livre ou 1 info à nous signaler ?
1 expérience à faire connaître ?

Faire connaître ce site à un(e) ami(e)?


Notre Ethique
Nos Garanties


achat immobilier acquéreur immobilier acte authentique administrateur de bien AFU et AFUL agence immobilière agent immobilier aides au logement annexion de parties communes annonces immobilières appartement article 17c article 20 article 24 article 25 article 26 article 42 ascenseur ASL assainissement assemblée générale association syndicale assurance audit énergétique bail bail commercial bailleur bâtiment bénéfice industriel et commercial (BIC) Besson boîte aux lettres Borloo budget prévisionnel cadastre cahier des charges carnet d'entretien immeuble Carrez caution certificat d'économie d'énergie (CEE) Censi-Bouvard charges locatives charges récupérables colocation combles commission d'agence commission compromis de vente compte bancaire séparé comptes concierge condition suspensive congé conseil syndical contrat de syndic copropriétaire copropriété crédit immobilier détecteurs avertisseurs autonomes de fumée (DAAF) défiscalisation dégât des eaux Demessine dépôt de garantie détecteur de fumée diagnostic dossier de diagnostic technique dommages-ouvrage diagnostic de performance énergétique (DPE) droit de préemption Duflot économie d'énergie éco-prêt à taux zéro éco-PTZ employé d'immeuble encadrement des loyers entretien d'immeuble étanchéité état des lieux expertise expert judiciaire fenêtre feuille de présence fiscalité immobilière foncier fonds de prévoyance fonds de roulement fonds travaux Forum fuites garantie financière garantie loyers impayés gardien gestion locative gestionnaire d'immeuble Girardin Grenelle garantie des risques locatifs (GRL) honoraires Hypothèque immeuble neuf immobilier immobilier ancien immobilier neuf impayés locatifs incitation fiscale indemnité d'assurance indemnité d'occupation indices de révision des loyers IRL les charges - le budget Lienemann location location meublée logement loi 89 lotissement loueur en meublé non professionnel (LMNP) loueur en meublé professionnel (LMP) loyer majorité mandat mandat de gestion marché immobilier meublé mitoyen niches fiscales offre d'achat parties communes peinture au plomb permis de construire permis de construire plan comptable plus-value préavis réduit président prêt à taux zéro (PTZ) prêt immobilier privilège procès verbal promesse de vente PTZ+ questionnaire notaire quorum ravalement RCP règlement de copropriété rénovation rénovation thermique rentabilité résolution revenus fonciers Robien RT 2005 RT 2012 saturnisme valeur locative Scellier SCI secrétaire de séance servitude SHOB SHON sinistre société civile subvention surface de plancher surface habitable syndic syndicat des copropriétaires taxe d'habitation taxe foncière termite toiture - terrasse transaction travaux unanimité vendeur immobilier vente immobilière VMC


 
Accueil I Copropriétaires I Bailleurs I Locataires I Actualité I Revue de Presse I Dossiers I Lexique I Guide Technique I Fiches Pratiques I Forums
Argus du logement®
I UniversImmo-Pro.com

Copyright © 2000-2017 UniversImmo - SAS AEDév - tous droits réservés - n°Commission paritaire 1112 W 90656.
Informations légales I Conditions générales de vente I Votre publicité sur Universimmo.com I Contactez nous