Inscrivez-vous pour revevoir gratuitement notre lettre hebdo

Retrouvez la dernière lettre en ligne
Professionnels :
Universimmo-pro.com : un site spécialement conçu pour les professionnels de l'immobilier universimmo-pro.com
Un site spécialement conçu pour vous : dossiers, actus, jurisprudence, etc.
cliquez ici

Pour recevoir gratuitement le sommaire de la lettre pro cliquez ici
Le Forum de discussion
L'ancien Forum (fermé)
Consultation juridique en ligne
Des réponses à vos questions...
Nos Services "A la Carte"
Nos Dossiers d'Actualité
La Revue de Presse
Le Dico de l'immobilier
Le Guide Juridique
Le Guide Bâtiment
Les Dossiers
Les Fiches Pratiques
Abonnez-vous à notre lettre hebdo gratuite !

Retrouvez la dernière lettre en ligne
Sites utiles de l'immobilier
Indices et chiffres clés
Ce site est membre de
Fédération Française de l'Internet ImmobilierAssociation Planète copropriété
Retour à la page d'accueil principale I Retour à la page d'accueil Copropriétaires
Accédez directement aux forums
Rechercher sur UniversImmo.com
ACTUS

Copropriété - L’eau chaude sanitaire (ECS) doit-elle être associée ou non à la production de chaleur


Le 6/9/2011
Imprimer cet Article Envoyer cet Article a un(e) ami(e) Voir nos autres Articles
Imprimer cet Article Envoyer cet Article a un(e) ami(e) Voir nos autres Articles

UI - Actus - 6/9/2011 - Copropriété - L’eau chaude sanitaire (ECS) doit-elle être associée ou non à la production de chaleur
Une production d'eau chaude sanitaire associée à la production de chaleur pour le chauffage se rencontre dans les chaufferies d’immeubles classiques fioul-gaz ou dans les sous-stations de chauffage urbain. Lorsque le réchauffage de l'eau froide n’est pas assuré par la production de chaleur, l’eau chaude devient autonome.

Dossier réalisé par Michèle Fourret
et Universimmo.com pour Copropriété et Travaux - n°18 Eté 2011)

En savoir plus ?
Decouvrez toutes les ressources liées au thème "M'intéresser, participer à ma copropriété"
A lire également...
Loi ALUR : les honoraires de syndic doivent-ils augmenter ?
15/5/2015
Copropriété : comment les syndics ont perdu la bataille de la communication
3/6/2013
L'individualisation des frais de chauffage : une fausse bonne idée ?
17/2/2013
Les syndics de copropriété à la croisée des chemins
30/10/2012
Faut-il obliger les copropriétés à mieux se gérer ?
1/3/2012
Les Questions/Réponses
Quelle est la durée minimale d'un mandat de syndic ?
18/5/2015
Epaves sur emplacement de parking
16/10/2014
Compte bancaire ouvert par le syndic pour ma copropriété : comment être sûr qu’il s’agit vraiment d’un compte séparé au nom du syndicat ?
22/4/2014
Répartition aux tantièmes généraux des compteurs individuels
7/2/2014
Le président du conseil syndical entretient les espaces verts...
20/11/2012
Nos dossiers
Négocier les contrats d’énergie en copropriété
19/2/2014
LIVRE BLANC - Copropriétés 1 : Plaidoyer pour des fonds travaux obligatoires
10/5/2010
La réglementation relative aux comptes des syndicats des copropriétaires
30/4/2007
Le syndic et l’immeuble neuf
1/9/2003
L’adaptation des règlements de copropriété
1/9/2003
Nos Fiches Pratiques
Les parties communes et privatives de la copropriété
14/6/2016
Copropriété - L'approbation des comptes -
2/6/2016
Copropriété - Fonds de travaux obligatoire au 1er janvier 2017
23/2/2016
Contrat type pour les syndics à partir du 2 juillet 2015
25/6/2015
Les diagnostics énergétiques - les obligations réglementaires et les décisions en copropriété
12/12/2014
Alors que, contrairement au chauffage, l’eau chaude sanitaire (ECS) prend une place croissante dans les dépenses énergétiques des logements, notamment sous l’impulsion des nouvelles évolutions réglementaires, la question se pose de savoir quel équipement sera le plus performant.
Par ailleurs, les Français sont de plus en plus demandeurs en économies d’énergie, mais aussi en confort, dont l’eau chaude n’est pas le moindre terme. Alors comment concilier cette quadrature du cercle ? Un petit tour des équipements existants permet de faire le point.


Deux solutions essentielles


La production d’ECS peut être assurée: Par un réchauffage de l’eau froide associé à une production de chaleur. Dans ce dernier cas, on aura de l’eau chaude:
- dans un préparateur instantané, échangeur de chaleur alimenté par de l'eau du circuit d'eau de chauffage, qui transmet sa chaleur à l'eau du circuit d'eau chaude sanitaire,
- dans des ballons de stockage, dont le réchauffement est assuré de la même manière par de l'eau du circuit d'eau de chauffage.
L’accumulation en ballon exige beaucoup de place, mais se contente d'une faible puissance et est bien adaptée aux petites chaufferies.
La préparation instantanée convient aux grosses chaufferies qui peuvent fournir une plus grande puissance. Les deux systèmes peuvent aussi être combinés pour assurer une meilleure régularité dans la fourniture d'une eau chaude à volonté et à température constante dans les moments de grosse consommation.

Par une production autonome et indépendante par rapport à la production de chaleur, si les besoins en chauffage et en ECS sont très différents.
Au niveau des appareils indépendants, le choix est vaste, échangeur à plaques, préparateurs indépendants et accumulateurs à gaz couvrent tous les systèmes de production.

Centralisée ou décentralisée ?



Pour répondre aux différentes exigences des usagers d’un immeuble, plusieurs solutions se présentent : une production centralisée ou décentralisée d’une part et instantanée, semi-instantanée ou accumulée d’autre part. L’une est plus rentable, mais plus difficile à gérer, l’autre laisse plus de liberté aux usagers de chaque appartement et le responsabilise sur ses dépenses.

Cliquer sur l'image de la revue pour feuilleter et/ou imprimer l'article dans le magazine en ligne - page 21
(Cliquer ici ou sur l'image de la revue pour feuilleter et/ou imprimer l'article dans le magazine en ligne - page 21)



La production centralisée offre des avantages certains en termes de coûts d'investissement et de maintenance, rendement et souplesse de fonctionnement, etc. Regrouper la préparation d'eau chaude dans une seule chaufferie donne lieu à un coût d'installation inférieur à la somme des coûts des installations individuelles. On obtient aussi une diminution de l’encombrement de l’installation et du coût de maintenance puisqu’il n’y a qu’un seul appareil de production et un seul conduit d'évacuation des gaz brûlés. Cependant, il peut y avoir une confusion au niveau de la répartition de la consommation en fonction des usagers. Il est certes possible de mettre des compteurs fournissant des relevés, mais la gestion est alors plus lourde à supporter. À cela s’ajoute un manque de souplesse dans l'adaptation aux besoins des différents utilisateurs. La décentralisation ou production directe donne de meilleurs rendements. L'installation peut être décentralisée auprès de chaque bâtiment d’un ensemble, voire de chaque point de puisage, ce qui est impossible avec la centralisation, qui génère des pertes par les tuyauteries. On peut aussi penser à une production semicentralisée, qui comprend une production commune à plusieurs points de puisage rapprochés. Ce compromis permet de limiter le nombre d'équipements de production d'ECS, tout en réduisant la longueur du réseau. On estime que les produits les plus performants sont les appareils directs au gaz, car il n’y a plus de pertes causées par un échangeur de plus entre la chaudière et le ballon.

La production d’ECS indépendante : l’instantané…


En instantané, la puissance installée est égale au débit de pointe et il n’y a pas de réserve d’eau, tandis qu’en semi-instantané, on a moins de puissance installée, mais un stockage suffisant pour écrêter les pointes. La production d’ECS instantanée est assurée essentiellement par un préparateur instantané gaz et un échangeur instantané à plaques.
Ces appareils, faciles à installer, permettent un gain de place et de poids appréciable en raison de l’absence de stockage (les risques de légionellose sont réduits). Mais les inconvénients sont aussi nombreux. La production instantanée demande généralement une puissance de générateur très importante.
Au niveau de l’utilisateur, la température ne reste pas stable en raison du temps de réponse des éléments mécaniques de l'installation. Enfin, le rendement de production de la chaudière n’est pas optimisé : il est indispensable de maintenir une chaudière mixte en permanence à température élevée (minimum 70 °C) pour garantir un temps de réponse minimum lorsqu'une demande apparaît. En outre, en l'absence de réservoir tampon, chaque puisage va entraîner la mise en route de l'installation pour des temps très courts, ce qui est défavorable pour le rendement de combustion.

... et le semi-instantané


Proche de la production d’eau chaude instantanée, la production semi-instantanée implique généralement la séparation entre le stockage et le générateur (la chaudière…). Ce système est particulièrement adapté aux installations possédant une chaudière de puissance limitée ou lorsqu'un échangeur à plaques instantané ne suffit plus à fournir seul un débit d'eau chaude sanitaire important.
Un échangeur à plaques récupère la chaleur à partir de la chaudière pour fournir en quantité suffisante une ECS à la température souhaitée et stocke cette eau chaude dans un ballon tampon, celui-ci permettant de garder en réserve l’ECS et de subvenir aux besoins en période de pointe en faisant face à des pointes de consommation élevées, sans pour autant devoir installer une puissance d’échangeur trop importante. Pour faire face à des besoins évolutifs, on adjoint des plaques ou des modules supplémentaires.
Certaines chaudières peuvent être raccordées à des ballons électriques existants, qui sont alors utilisés pour stocker l'eau préchauffée par la chaudière. La nouvelle installation n'étant plus uniquement à accumulation, elle nécessite moins de capacité de stockage (certains des ballons existants peuvent être supprimés).
D'autres fabricants ont mis au point des chauffe-eau avec volume tampon intégré ou accumulateur gaz, qui offrent un débit d’eau chaude important et une mise en température rapide. À noter : la production semi-instantanée offre un stockage minimum destiné à absorber les variations de température de soutirage, tandis que la production semiaccumulée offre un stockage plus important et couvre les besoins de pointes sur dix minutes.

Les préparateurs à accumulation: à gaz et électriques


Ces appareils sont conçus pour chauffer et maintenir en température un volume d'eau important, afin de distribuer de grandes quantités d'eau chaude à plusieurs postes de puisage. Avec un préparateur gaz à accumulation, l'eau est chauffée avant et durant les puisages. La reconstitution de la réserve d'eau chaude est rapide (entre 20 et 90 minutes, suivant les modèles) et à tout moment, ce qui permet de mieux gérer des puisages importants et exceptionnels. Par ailleurs, le principe de l'accumulation offre la possibilité de changer plus facilement le combustible de l'unité de production de chaleur, et même d'intégrer une production solaire ou par pompe à chaleur. Malheureusement, ces appareils sont généralement équipés d'un brûleur atmosphérique restant ouvert en permanence vers la cheminée : une part de la chaleur stockée est ainsi évacuée. Il en résulte des pertes à l'arrêt plus importantes que pour un ballon totalement fermé (ballon électrique ou ballon avec serpentin d'eau chaude) et le rendement saisonnier diminue. Avec une production d’ECS accumulée électrique, la puissance nécessaire implique d’éviter une production instantanée, un système de stockage permettant de tirer partie des heures creuses, en dissociant le rythme de la production des variations brusques de la demande et lissant les pointes (rôle de tampon). La puissance à mettre en oeuvre est faible car le réchauffage est généralement calculé sur huit heures de nuit, ce qui permet l'abonnement à des tarifs d'énergie avantageux. Inconvénients : il génère une perte d'énergie par les parois et le volume du stockage ECS est très important car il doit correspondre au besoin journalier total. Avec l’énergie électrique et hors période de réchauffage, aucun appel de puissance ne peut être effectué, d’où des ruptures de service possible. Avec l'abaissement progressif de la température de l'ECS (au fur et à mesure des soutirages, l'eau froide remplace l'eau chaude dans le stockage), les risques liés aux développements de bactéries augmentent.

Dossier réalisé par Michèle Fourret
et Universimmo.com pour Copropriété et Travaux - n°18 Eté 2011)



Le problème des légionelles


Poussée par des soucis de santé et d’hygiène, la tendance d’aujourd'hui est d'installer une production instantanée (sans ballon tampon) car les légionelles nécessitent un minimum de deux jours de stagnation entre 25 et 45 °C pour être générées.
En effet, pour limiter les risques de prolifération:
- l'eau chaude doit être produite à une température de 60 °C durant trente minutes ou 70 °C durant quatre minutes. Elle doit être maintenue à 55 °C au moins en tout point du réseau principal. La chute de température entre le point de départ et le point de retour à l'appareil de production d'eau chaude, ne peut dépasser les 5 °C: si l'eau quitte l'appareil de production à 60 °C, la température de retour devra être de 55 °C au moins,
- il est interdit de laisser stagner de l'eau chaude ou de l'eau froide: les branchements « morts » sur le réseau de distribution (y compris les vases d'expansion sanitaires, par exemple) sont donc « à risque ». Ils ne pourront dépasser cinq mètres et avoir un volume d'eau supérieur à trois litres,
- les installations doivent être entretenues régulièrement. Pour ce faire, outre les vidanges et les chasses rapides, les appareils de production d'ECS seront dotés des ouvertures nécessaires (trappes, trous d’homme, etc.),
- l’installation doit être adaptée aux traitements exceptionnels: chocs thermiques ou chimiques.



Les crédits d’impôt par www.universimmo.com


Les copropriétaires d’un immeuble dans lequel il est procédé à l’installation d’une chaudière à condensation, d'appareils de régulation de chauffage, d’équipements de production d'énergie utilisant une source d'énergie renouvelable ou de pompes à chaleur, autres qu’air/air, dont la finalité essentielle est la production de chaleur, ou encore d’équipements de raccordement à un réseau de chaleur, alimenté majoritairement par des énergies renouvelables ou par une installation de cogénération, peuvent bénéficier d’un crédit d’impôt sur le revenu pour les dépenses en faveur du développement durable (article 200 quater du Code général des impôts - CGI). Pour les immeubles existants, les équipements éligibles doivent avoir été payés entre le 1er janvier 2005 et le 31 décembre 2012.
Le taux du crédit d’impôt va de 15 à 50 % suivant le type d’équipements, taux qu’il faut multiplier par 0,9 pour tenir compte du coup de « rabot » applicable en 2011.
Les copropriétaires peuvent bénéficier du crédit d'impôt pour ces dépenses lorsqu’elles sont réalisées au titre des parties communes d’un immeuble en copropriété, sous réserve que les dépenses aient été soldées par le syndic à l'entreprise - sur facture définitive et pour le montant global de la facture - au cours de l'année civile. Les documents et attestations à obtenir du syndic sont une copie des factures des travaux et une attestation «indiquant la répartition des dépenses» et «établissant formellement la date du paiement (du solde) de la dépense». Peuvent en bénéficier les contribuables domiciliés en France pour les logements dont ils sont propriétaires, locataires ou occupants à titre gratuit et qu'ils affectent à leur habitation principale, ou depuis le 1er janvier 2009 pour les logements achevés depuis plus de deux ans dont ils sont propriétaires et qu'ils s'engagent à louer nus à usage d'habitation principale, pendant une durée minimale de cinq ans, à des personnes autres que leur conjoint ou un membre de leur foyer fiscal.



Déductibilité des revenus fonciers par www.universimmo.com


Les dépenses relatives à l’amélioration de la production d’eau chaude sont déductibles pour les bailleurs de leurs revenus fonciers au titre des « dépenses d’amélioration » lorsque les locaux loués sont à usage d’habitation, que ce soit à titre principal ou secondaire.



La décision en copropriété par www.universimmo.com


Les travaux sur le système de chauffage et la production d’eau chaude peuvent être décidés à la majorité de l’article 24 (majorité des voix exprimées des copropriétaires présents et représentés) lorsqu’ils peuvent être considérés comme relevant de l’entretien de l’installation ; des transformations de l’installation impliquant la mise en place d’équipements radicalement nouveaux, voire même son remplacement par une installation utilisant un autre type d’énergie relèvent de la majorité requise pour les « améliorations », au sens de l’article 30 de la loi, tels que « la transformation d'un ou de plusieurs éléments d'équipement existants » ou « l'adjonction d'éléments nouveaux ». Mais la loi Grenelle II du 12 juillet 2010 a étendu la possibilité d’adopter à titre dérogatoire à la majorité de l’article 25 de la loi du 10 juillet 1965 (majorité des voix de tous les copropriétaires) - et s’il y a lieu à celle de l’article 24 par un second vote dans les conditions prévues par l’article 25-1 tous les « travaux d'économies d'énergie ou de réduction des émissions de gaz à effet de serre ».

Dossier réalisé par Michèle Fourret
et Universimmo.com pour Copropriété et Travaux - n°18 Eté 2011)
Pour s'abonner à Copropriété et Travaux : Cliquer ici


-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-
Voir toutes nos fiches pratiques
Voir tous nos dossiers

Actualité : Voir toutes nos brèves
Des réponses à vos questions !!!
-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-


Pour estimer la valeur d'un appartement ou d'une maison à la vente ou à la location consultez : l'Argus du logement

Recevez gratuitement le sommaire de la LA LETTRE D'INFORMATION DU PROFESSIONNEL IMMOBILIER spécialement destinées aux professionnels de l'immobilier résidentiel.

Nos équipes vous apportent concours et assistance pour établir le décompte de régularisation des charges locatives de votre ou vos locataires ainsi que votre déclaration des revenus fonciers

UniversImmo.com
Pour apporter un commentaire à cet Article, cliquez ici !
Commentaire posté par FLEURY , le 9/8/2012 à 22h14
Toutes mes excuses pour mon précédent message !!!
il s agissait d une erreur de ma part , je n' avais pas interprété la valeur de 5°C comme un écart de tempèrature.
Merci encore de pardonner ma confusion.
Commentaire posté par FLEURY , le 9/8/2012 à 22h06
l article en référence (légionelles) dit :
La chute de température entre le point de départ et le point de retour à l'appareil de production d'eau chaude,ne peut dépasser les 5°C
N'y a t-il pas une coquille dans cette dernière valeur 5°C ??
Merci de me confirmer car je dois communiquer votre article au Conseil Syndical dont je fais partie, et qu il n'y ai surtout pas ambiguité .
Commentaire posté par L'Alexandre , le 8/9/2011 à 11h18
La France est le seul pays dans le monde, à avoir des températures de 60°...qui ne servent à rien.
En effet, pour ce qui concerne les légionelles, elles mutent instantanément à 70° (Sous cette forme mutante, elles sont indétectables dans les analyses demandées par la DDASS). Mais, celles ci peuvent arriver dans des amibes (qui tiennent + de 80°, + de 3mg de chlore et indétectables dans les analyses d'eau demandés par la DDASS car elle s'enkystent facilement dans l'oxyde de fer le tartre et le biofilm).
Les seuls systèmes qui éradiquent les légionelles sont les ionisateurs cuivre&argent (Agréés partout dans le monde, sauf en France, alors que l'eau reste dans les normes de potabilisation pour la conso humaine (CU²+ à 2mg/l).
Ces sytèmes sont liés avec des traitements de nettoyage du tartre dans des réseaux tels que des systèmes à impulsions, avec des résines sans entretien, sans énergie (Ex Sté Watercat).
Le Droit Pour Moi
Comment récupérer les loyers impayés de votre locataire ?

Les 5 avantages à acheter un bien immobilier dans le neuf
Vous avez le projet d'acheter un appartement ou une maison ? Vous hésitez entre un achat dans l'ancien ou dans le neuf ?Retrouvez un large choix de programmes immobiliers neufs sur Superimmoneuf.com et découvrez ici les 5 avantages d'un achat dans le neuf.
Lire...

Encadrement des loyers à Paris : le loyer qu'on vous propose est-il conforme?
Comment calculer le plafond applicable, que faire si le loyer proposé dépasse le plafond, le complément de loyer éventuellement demandé est-il justifié? Nous vous aidons à répondre à ces questions dans un dossier détaillé, et plus s'il le faut...
Lire...



Professionnels :
Universimmo-pro.com : un site spécialement conçu pour les professionnels de l'immobilier
universimmo-pro.com
Un site spécialement conçu pour vous : dossiers, actus, jurisprudence, etc.
cliquez ici

Pour recevoir gratuitement le sommaire de la lettre pro cliquez ici
Actualité et veille juridique : découvrez la
lettre du professionnel immobilier
!



Droit de réponse !!!
Vos remarques et suggestions
1 article, 1 livre ou 1 info à nous signaler ?
1 expérience à faire connaître ?

Faire connaître ce site à un(e) ami(e)?


Notre Ethique
Nos Garanties


achat immobilier acquéreur immobilier acte authentique administrateur de bien AFU et AFUL agence immobilière agent immobilier aides au logement annexion de parties communes annonces immobilières appartement article 17c article 20 article 24 article 25 article 26 article 42 ascenseur ASL assainissement assemblée générale association syndicale assurance audit énergétique bail bail commercial bailleur bâtiment bénéfice industriel et commercial (BIC) Besson boîte aux lettres Borloo budget prévisionnel cadastre cahier des charges carnet d'entretien immeuble Carrez caution certificat d'économie d'énergie (CEE) Censi-Bouvard charges locatives charges récupérables colocation combles commission d'agence commission compromis de vente compte bancaire séparé comptes concierge condition suspensive congé conseil syndical contrat de syndic copropriétaire copropriété crédit immobilier détecteurs avertisseurs autonomes de fumée (DAAF) défiscalisation dégât des eaux Demessine dépôt de garantie détecteur de fumée diagnostic dossier de diagnostic technique dommages-ouvrage diagnostic de performance énergétique (DPE) droit de préemption Duflot économie d'énergie éco-prêt à taux zéro éco-PTZ employé d'immeuble encadrement des loyers entretien d'immeuble étanchéité état des lieux expertise expert judiciaire fenêtre feuille de présence fiscalité immobilière foncier fonds de prévoyance fonds de roulement fonds travaux Forum fuites garantie financière garantie loyers impayés gardien gestion locative gestionnaire d'immeuble Girardin Grenelle garantie des risques locatifs (GRL) honoraires Hypothèque immeuble neuf immobilier immobilier ancien immobilier neuf impayés locatifs incitation fiscale indemnité d'assurance indemnité d'occupation indices de révision des loyers IRL les charges - le budget Lienemann location location meublée logement loi 89 lotissement loueur en meublé non professionnel (LMNP) loueur en meublé professionnel (LMP) loyer majorité mandat mandat de gestion marché immobilier meublé mitoyen niches fiscales offre d'achat parties communes peinture au plomb permis de construire permis de construire plan comptable plus-value préavis réduit président prêt à taux zéro (PTZ) prêt immobilier privilège procès verbal promesse de vente PTZ+ questionnaire notaire quorum ravalement RCP règlement de copropriété rénovation rénovation thermique rentabilité résolution revenus fonciers Robien RT 2005 RT 2012 saturnisme valeur locative Scellier SCI secrétaire de séance servitude SHOB SHON sinistre société civile subvention surface de plancher surface habitable syndic syndicat des copropriétaires taxe d'habitation taxe foncière termite toiture - terrasse transaction travaux unanimité vendeur immobilier vente immobilière VMC


 
Accueil I Copropriétaires I Bailleurs I Locataires I Actualité I Revue de Presse I Dossiers I Lexique I Guide Technique I Fiches Pratiques I Forums
Argus du logement®
I UniversImmo-Pro.com

Copyright © 2000-2017 UniversImmo - SAS AEDév - tous droits réservés - n°Commission paritaire 1112 W 90656.
Informations légales I Conditions générales de vente I Votre publicité sur Universimmo.com I Contactez nous