Inscrivez-vous pour revevoir gratuitement notre lettre hebdo

Retrouvez la dernière lettre en ligne
Professionnels :
Universimmo-pro.com : un site spécialement conçu pour les professionnels de l'immobilier universimmo-pro.com
Un site spécialement conçu pour vous : dossiers, actus, jurisprudence, etc.
cliquez ici

Pour recevoir gratuitement le sommaire de la lettre pro cliquez ici
Le Forum de discussion
L'ancien Forum (fermé)
Consultation juridique en ligne
Des réponses à vos questions...
Nos Services "A la Carte"
Nos Dossiers d'Actualité
La Revue de Presse
Le Dico de l'immobilier
Le Guide Juridique
Le Guide Bâtiment
Les Dossiers
Les Fiches Pratiques
Abonnez-vous à notre lettre hebdo gratuite !

Retrouvez la dernière lettre en ligne
Sites utiles de l'immobilier
Indices et chiffres clés
Ce site est membre de
Fédération Française de l'Internet ImmobilierAssociation Planète copropriété
Retour à la page d'accueil principale I Retour à la page d'accueil Copropriétaires
Accédez directement aux forums
Rechercher sur UniversImmo.com
ACTUS

Chauffage collectif : faut-il installer des compteurs divisionnaires ?


Le 15/9/2011
Imprimer cet Article Envoyer cet Article a un(e) ami(e) Voir nos autres Articles
Imprimer cet Article Envoyer cet Article a un(e) ami(e) Voir nos autres Articles

UI - Actus - 15/9/2011 - Chauffage collectif : faut-il installer des compteurs divisionnaires ?
En dehors des régions de l'Est de la France, l'individualisation des frais de chauffage par la pose de compteurs thermiques, appelés aussi répartiteurs, théoriquement obligatoire depuis des décennies, n'a pas fait recette. Malgré les campagnes répétées des industriels - fabricants et prestataires de services de relevé - faisant espérer des économies d'énergie mirifiques. Elle refait surface avec le "Grenelle de l'environnement", et le gouvernement, dans la foulée, prépare de nouveaux textes réglementaires en remplacement de ceux devenus obsolètes. Du coup, les syndics de copropriété se voient déjà démarchés au motif que le "Grenelle" aurait rendu l'individualisation à nouveau obligatoire. Les associations de consommateurs, au départ plutôt favorables aux individualisations de charges, sont réservés, à la fois sur les économies attendues, le coût de la prestation et les injustices de répartition qui pourraient intervenir dans les immeubles mal isolés ou à installation mal équilibrée...
En savoir plus ?
Decouvrez toutes les ressources liées au thème "M'intéresser, participer à ma copropriété"
A lire également...
Loi ALUR : les honoraires de syndic doivent-ils augmenter ?
15/5/2015
Copropriété : comment les syndics ont perdu la bataille de la communication
3/6/2013
L'individualisation des frais de chauffage : une fausse bonne idée ?
17/2/2013
Les syndics de copropriété à la croisée des chemins
30/10/2012
Faut-il obliger les copropriétés à mieux se gérer ?
1/3/2012
Les Questions/Réponses
Recours à un architecte pour des travaux et honoraires du syndic
9/8/2017
Le conseil syndical de ma copropriété décide et fait réaliser des travaux sans passer par l'assemblée générale
28/7/2017
L'assemblée générale peut-elle décider de na pas constituer un fonds de travaux ?
21/7/2017
Quelle est la durée minimale d'un mandat de syndic ?
18/5/2015
Epaves sur emplacement de parking
16/10/2014
Nos dossiers
Négocier les contrats d’énergie en copropriété
19/2/2014
LIVRE BLANC - Copropriétés 1 : Plaidoyer pour des fonds travaux obligatoires
10/5/2010
La réglementation relative aux comptes des syndicats des copropriétaires
30/4/2007
Le syndic et l’immeuble neuf
1/9/2003
L’adaptation des règlements de copropriété
1/9/2003
Nos Fiches Pratiques
Les parties communes et privatives de la copropriété
14/6/2016
Copropriété - L'approbation des comptes -
2/6/2016
Copropriété - Fonds de travaux obligatoire au 1er janvier 2017
23/2/2016
Contrat type pour les syndics à partir du 2 juillet 2015
25/6/2015
Les diagnostics énergétiques - les obligations réglementaires et les décisions en copropriété
12/12/2014

Une règlementation de 1975, restée largement inappliquée



Cela date du premier choc pétrolier, du temps où la France qui n'a pas de pétrole avait "des idées" : très vite, une loi du 29 octobre 1974 relative aux économies d'énergie avait prescrit que "tout immeuble collectif pourvu d'un chauffage commun [comporte], quand la technique le permet, une installation permettant de déterminer la quantité de chaleur et d'eau chaude fournie à chaque local occupé à titre privatif".

Cette disposition est aujourd'hui codifiée à l'article L241-9 du Code de l'énergie, après l'avoir été à l'article L131-3 du Code de la construction et de l'habitation. Dès le départ, cette obligation, non assortie de sanctions - mais tout copropriétaire dans un immeuble collectif pourrait en réclamer l'application - a été limitée aux immeubles dont les frais annuels de combustible ou d'énergie nécessaires au chauffage de l'immeuble rapportés à la surface chauffée dépassait un certain seuil, cette dernière pouvant être estimée forfaitairement à 85% de la SHON (surface hors oeuvre nette) des bâtiments.

De surcroît, il avait été ajouté que dans ce cas, quand l'immeuble a fait l'objet d'une demande de permis de construire après le 31 décembre 1988, il devait être équipé d'appareils de mesure et de répartition des frais de chauffage pouvant être relevés sans qu'il soit besoin de pénétrer dans les locaux privatifs !

Moyennant quoi, dans tous les immeubles dont les coûts de combustible ou d'énergie dépassent le seuil fatidique, et où la pose d'appareils de mesure, appelés communément "répartiteurs", est techniquement possible, ces coûts devaient être répartis pour moitié au moins de leur montant en fonction des consommations relevées par ces appareils, ce taux pouvant remonté jusqu'à 75% sur décision de l'assemblée générale des copropriétaires ou du gestionnaire d'un immeuble entièrement locatif.

Problème, le dernier arrêté date du 30 septembre 1991 et fixait ce seuil à 40 francs TTC par m2 de surface chauffée, et n'a jamais été remis à jour. Par ailleurs, ce coût était fixé pour la saison de chauffe 1988/1989 ; pour les saisons suivantes, il y avait lieu d'appliquer des coefficients de correction tenant compte du climat et du coût des combustibles, devant être fournis par l'ADEME (Agence de l'environnement et de la maîtrise de l'énergie), qui n'a pas poursuivi ce travail au delà de 1993...

Force est de constater que cela n'a pas beaucoup manqué, notamment aux syndics de copropriété, pour qui un comptage et une individualisation de consommation de plus - ils font déjà dans de très nombreux immeubles l'individualisation de l'eau froide et de l'eau chaude au moyens de compteurs - représente une charge supplémentaire importante qu'ils craignent de ne pas pouvoir facturer à son juste coût...

Résultat : sur les 14 millions de logements collectifs français, 40% sont équipés d'un chauffage central collectif dont 10% d'entre eux seulement (500.000 logements) sont équipés de compteurs individuels. Contrairement à d'autres pays européens où ce taux monte à 70% au Bénélux, à 80% en Autriche, et même à 95% en Allemagne, championne toutes catégories. Ce n'est d'ailleurs pas un hasard si la plus grande concentration d'immeubles équipés en France se trouve en Alsace...


Un retour bien bien orchestré



C'est pourtant la même ADEME qui a entrepris dès 2007 de relancer les répartiteurs de frais de chauffage, s'appuyant sur une étude menée de 2004 à 2006 par le COSTIC (Centre d'études et de formation pour le génie climatique et l'équipement technique du bâtiment), montrant que l'installation de compteurs individuels de chaleur dans les immeubles chauffés collectivement permettrait d'économiser jusqu'à 20% sur les consommations, et si l'ensemble du parc concerné était équipé en France, d'économiser 2 millions de tonnes de CO2, soit l'équivalent de la consommation d'énergie de la ville de Lyon !

Une autre étude menée pour la France par le Syndicat de la mesure sur 4.200 logements arrivait à un chiffre d'économie d'énergie escomptée de 22% en moyenne, se ventilant entre 33% dans le parc non-HLM, plus dispendieux au départ, et 14% dans le parc social. Elle estimait que les habitants dont le coût annuel d'énergie dépasse les 3 euros/m2/an ont intérêt à s'équiper de compteurs individuels.

De son côté, le COSTIC observe des résultats différents selon le type de bâti, la population abritée, l'implication des gestionnaires, etc. Une copropriété dans le 16è arrondissement de Paris, datant de 1962, voit par exemple sa consommation remonter dès le troisième semestre d'individualisation. A l'inverse, un immeuble de l'OPHLM de Pantin – un bailleur concerné par ces questions - construit en 2002 affiche une économie de 21%.

L'étude du Syndicat de la mesure a été vigoureusement contesté par L'ARC (Association des responsables de copropriété), qui a cherché à connaître les détails de l'enquête présentée, et parlé d'une véritable "supercherie" à laquelle se serait livrée le syndicat de la mesure, évidemment intéressé, accusant au passage l'ADEME de s'y être prêtée ! L'ARC reprochait à l'étude de ne pas indiquer comment a été construit "l’échantillon" des logements équipés de compteurs utilisé pour démontrer un différentiel de coût énergétique par mètre carré de 33% entre logements équipés et non équipés (comment être sûr que n'ont pas été pris seulement les meilleurs résultats ?), et de n'avoir fourni aucune donnée sur l’âge des immeubles ni leur degré d’isolation, rendant ainsi impossible de conclure que le différentiel tient aux répartiteurs, puisque les performances énergétiques des immeubles sont inconnues...

La remise au goût du jour des répartiteurs a connu une nouvelle étape avec l'insertion dans la loi "Grenelle II" du 12 juillet 2010 d'une disposition permettant en copropriété d'adopter à la majorité absolue au lieu de celle des deux tiers l'installation de "compteurs d'énergie thermique ou de répartiteurs de frais de chauffage".

Dans la foulée, le gouvernement a entrepris de faire rédiger et soumettre à la concertation un nouveau jeu de textes règlementaires - un décret et un arrêté - permettant de rétablir l'applicabilité de l'obligation. N'en seraient plus exemptés que les immeubles ayant fait l'objet d'une demande de permis de construire après le 1er juin 2001, et ceux où il est techniquement impossible de poser un appareil permettant aux occupants de moduler significativement la chaleur fournie, ce qui est la moindre des choses... Seraient dispensés également - c'est encore une évidence - les immeubles à chauffage collectif de base et appoint individuel, ainsi que ceux où le chauffage a lieu entièrement par dalle chauffante sans mesure possible par local, par émetteurs de chaleur posés en série et/ou sans boucle individuelle de chauffage, ou encore par impulsion d'air chaud

La notion de seuil de dépense d'énergie au m2 est également maintenue, les immeubles qui le dépassent pouvant néanmoins s'exonérer de l'obligation de pose de répartiteurs s'ils réalisent "d'importants travaux d'amélioration de la performance énergétique".

Pour les autres, l'installation des appareils de mesure doit intervenir dans les 5 ans de la publication du futur décret, et doit bien entendu être accompagnée de pose de robinets thermostatiques ou bien de dispositifs de régulation au moyen d'un thermostat central. Le relevé devra désormais dans tous les cas pouvoir être fait de l'extérieur des locaux privatifs.

Le calcul de la consommation énergétique (hors eau chaude sanitaire), à comparer du seuil au dessus duquel l'obligation existera, est cette fois calculé par rapport à la SHON ou la surface habitable (SHAB) : le seuil est fixé à 130 KWh/m2 de SHON ou 150 KWh/m2 de SHAB par an. Mais pour les immeubles collectifs dont moins de 20% des émetteurs de chaleur sont équipés de robinets thermostatiques, ces chiffres sont portés respectivement à 160 et 190 KWh/m2 par an.

Enfin, la part des coûts susceptibles d'être répartis au moyen des mesures relevées sur les répartiteurs est rehaussée à 70% minimum, sachant que ceux existants prévoyaient déjà que les situations ou configurations thermiquement défavorables des locaux pouvaient être prises en compte dans des limites fixées (possibilité d’appliquer des coefficients de pondération pour les logements mal exposés).

A noter qu'il est désormais prévu une large communication aux résidants et même l’affichage des consommations dans les parties communes des immeubles.


Une fausse bonne idée ?



Les associations de consommateurs, pourtant en général plutôt favorables à l'individualisation des charges d'eau froide ou d'eau chaude (incitation à modérer ses consommations), sont plus que réservées, et ce pour deux raisons principales :

- le coût de la répartition : la prestation de location-entretien-relevé des répartiteurs, intégralement récupérable sur les locataires, est estimée au minimum à 30 à 40 euros TTC en moyenne par logement et par an (ne pas oublier en sus pour les copropriétaires le supplément éventuel d'honoraires du syndic pour la charge de comptabilité, jusqu'à 5 euros TTC par an et par logement) ; par comparaison, la prestation complète de gestion d'un syndic se monte actuellement à 150-200 euros TTC lot principal et par an ! Ce coût peut facilement dépasser les économies attendues du changement de comportement que peut induire l'individualisation des charges...

- le risque élevé d’injustice ou d’inégalité entre les logements bénéficiant d’une bonne situation ou bonne orientation et les autres, comme les logements sur pignon froid ou sous terrasse non isolée. Certains occupants, dont les logements sont bien situés dans l’immeuble (disposant d'un fort ensoleillement et bien entourés), vont même pouvoir ne plus se chauffer du tout, alors que d’autres, au contraire, dont le logement est très mal situé, vont être obligés de se chauffer encore plus (surtout si leurs voisins ne se chauffent plus) ! L'injustice est largement amplifiée si l'installation de chauffage est de surcroît mal équilibrée. Tout le monde connaît des immeubles où les étages élevés grelottent quand les occupants des étages bas passent l'hiver les radiateurs fermés et fenêtres ouvertes !

Par ailleurs, pour que le système fonctionne bien, il faut que les installations (robinets de radiateurs, thermostatiques ou non) soient en parfait état. Sans compter, selon l'ARC, qu’après une ou deux années d’utilisation, il n'est pas rare de constater que les occupants deviennent moins "économes", et que les consommations remontent.

Pour l'association, mieux vaut dans de nombreux cas, plutôt que de poser des répartiteurs, mettre en place un programme de travaux d’amélioration thermique permettant de descendre au-dessous du seuil de consommation prévu par le décret...

Voir toutes nos fiches pratiques
Voir tous nos dossiers

Actualité : Voir toutes nos brèves
Des réponses à vos questions !!!
-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-


Pour estimer la valeur d'un appartement ou d'une maison à la vente ou à la location consultez : l'Argus du logement

Recevez gratuitement le sommaire de la LA LETTRE D'INFORMATION DU PROFESSIONNEL IMMOBILIER spécialement destinées aux professionnels de l'immobilier résidentiel.

Nos équipes vous apportent concours et assistance pour établir le décompte de régularisation des charges locatives de votre ou vos locataires ainsi que votre déclaration des revenus fonciers

-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-
UniversImmo.com
Pour apporter un commentaire à cet Article, cliquez ici !
Commentaire posté par RT , le 25/6/2013 à 22h34
La pose de compteurs de chaleur est la seule façon d'inciter le maximum de copropriétaires à effectuer des travaux d'isolation essentiellement en faisant poser des fenêtres à double vitrage. Ces travaux sont individuels. Il est impossible de les faire voter globalement dans la copropriété. Les économies qui en résulteront profiteront à toute la copropriété via les 30% des dépenses de chauffage qui resteront réparties aux tantièmes et bien entendu en priorité à ceux qui auront engagé ces dépenses via les 70% payés selon le relevé des compteurs prévus par la loi d'avril 2012.
De plus les compteurs corrigent la scandaleuse inéquité qui frappe les résidents qui sont souvent absents de leur logement et qui par civisme ferment leurs radiateurs lors de ces absences.
Commentaire posté par bertrand , le 10/3/2013 à 17h25
Peut importe qui paye l'installation ; ce qui coute cher, c'est la location et le relevé des compeurs.

On nous l'a proposé dans notre copropriété. Un calcul simple sur un appartement moyen mettait en évidence un surcout certain de 100€ (4 compteurs à 25€) et une économie éventuelle qui ne dépassait pas les 50€. Au bilan une augmentation de dépense de 50€. Ce genre d'économie, je préfère m'en passer.

Commentaire posté par DP , le 22/10/2012 à 13h30
je suis tout à fait d'accord pour l'installation de compteur individuel mais les frais d'installation et du compteur sont à la charge de qui ? locataire ou propriétaire ?
Les 5 avantages à acheter un bien immobilier dans le neuf
Vous avez le projet d'acheter un appartement ou une maison ? Vous hésitez entre un achat dans l'ancien ou dans le neuf ?Retrouvez un large choix de programmes immobiliers neufs sur Superimmoneuf.com et découvrez ici les 5 avantages d'un achat dans le neuf.
Lire...


Encadrement des loyers à Paris : le loyer qu'on vous propose est-il conforme?
Comment calculer le plafond applicable, que faire si le loyer proposé dépasse le plafond, le complément de loyer éventuellement demandé est-il justifié? Nous vous aidons à répondre à ces questions dans un dossier détaillé, et plus s'il le faut...
Lire...



Professionnels :
Universimmo-pro.com : un site spécialement conçu pour les professionnels de l'immobilier
universimmo-pro.com
Un site spécialement conçu pour vous : dossiers, actus, jurisprudence, etc.
cliquez ici

Pour recevoir gratuitement le sommaire de la lettre pro cliquez ici
Actualité et veille juridique : découvrez la
lettre du professionnel immobilier
!



Droit de réponse !!!
Vos remarques et suggestions
1 article, 1 livre ou 1 info à nous signaler ?
1 expérience à faire connaître ?

Faire connaître ce site à un(e) ami(e)?


Notre Ethique
Nos Garanties


achat immobilier acquéreur immobilier acte authentique administrateur de bien AFU et AFUL agence immobilière agent immobilier aides au logement annexion de parties communes annonces immobilières appartement article 17c article 20 article 24 article 25 article 26 article 42 ascenseur ASL assainissement assemblée générale association syndicale assurance audit énergétique bail bail commercial bailleur bâtiment bénéfice industriel et commercial (BIC) Besson boîte aux lettres Borloo budget prévisionnel cadastre cahier des charges carnet d'entretien immeuble Carrez caution certificat d'économie d'énergie (CEE) Censi-Bouvard charges locatives charges récupérables colocation combles commission d'agence commission compromis de vente compte bancaire séparé comptes concierge condition suspensive congé conseil syndical contrat de syndic copropriétaire copropriété crédit immobilier détecteurs avertisseurs autonomes de fumée (DAAF) défiscalisation dégât des eaux Demessine dépôt de garantie détecteur de fumée diagnostic dossier de diagnostic technique dommages-ouvrage diagnostic de performance énergétique (DPE) droit de préemption Duflot économie d'énergie éco-prêt à taux zéro éco-PTZ employé d'immeuble encadrement des loyers entretien d'immeuble étanchéité état des lieux expertise expert judiciaire fenêtre feuille de présence fiscalité immobilière foncier fonds de prévoyance fonds de roulement fonds travaux Forum fuites garantie financière garantie loyers impayés gardien gestion locative gestionnaire d'immeuble Girardin Grenelle garantie des risques locatifs (GRL) honoraires Hypothèque immeuble neuf immobilier immobilier ancien immobilier neuf impayés locatifs incitation fiscale indemnité d'assurance indemnité d'occupation indices de révision des loyers IRL les charges - le budget Lienemann location location meublée logement loi 89 lotissement loueur en meublé non professionnel (LMNP) loueur en meublé professionnel (LMP) loyer majorité mandat mandat de gestion marché immobilier meublé mitoyen niches fiscales offre d'achat parties communes peinture au plomb permis de construire permis de construire plan comptable plus-value préavis réduit président prêt à taux zéro (PTZ) prêt immobilier privilège procès verbal promesse de vente PTZ+ questionnaire notaire quorum ravalement RCP règlement de copropriété rénovation rénovation thermique rentabilité résolution revenus fonciers Robien RT 2005 RT 2012 saturnisme valeur locative Scellier SCI secrétaire de séance servitude SHOB SHON sinistre société civile subvention surface de plancher surface habitable syndic syndicat des copropriétaires taxe d'habitation taxe foncière termite toiture - terrasse transaction travaux unanimité vendeur immobilier vente immobilière VMC


 
Accueil I Copropriétaires I Bailleurs I Locataires I Actualité I Revue de Presse I Dossiers I Lexique I Guide Technique I Fiches Pratiques I Forums
Argus du logement®
I UniversImmo-Pro.com

Copyright © 2000-2017 UniversImmo - SAS AEDév - tous droits réservés - n°Commission paritaire 1112 W 90656.
Informations légales I Conditions générales de vente I Votre publicité sur Universimmo.com I Contactez nous